Eye of the liger
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
avatar

Feuille de personnage
Level: S+
Race de Monstre: Miroir ambulant
Karma:
125/200  (125/200)
Messages : 159
Date de naissance : 09/05/1970
Date d'inscription : 06/11/2016
Age : 47
Emploi/Situation : Allongée.
Humeur : Mélancolique.
Situation amoureuse : Ah. Ah. AH. AH AHAHAHAH !
MessageSujet: Eye of the liger Dim 18 Déc - 21:14
Rappel du premier message :

Huit heure trente à sa montre à gousset. Elle ne devrait plus tarder.

Greg la referma et la remit dans sa poche de pantalon. La chaine en dépassait, pendule d'acier ; il la releva du bout des doigts et la rangea proprement So british. So vieillot. Il avait abandonné les montres-poignets depuis longtemps, les manches des chemises ayant la facheuse manie de glisser sur ses avant-bras si elles n'étaient pas coincées dans ses gants ; autant dire "jeter discrétement un coup d'oeil à son poignet" lui prenait cinq bonnes minutes, le temps de relever et rebaisser la manche puis de tout coincer correctement. Résultat : il avait l'air d'un Sherlock Holmes en pleine descente d'opium si on en croyait sa maigreur et son air réjoui. Ses élèves, incultes, se contentaient sans doute d'un "vieux chnoque" en leur for intérieur mais bon, entre ça et "l'épouvantail", son coeur balançait.

Il se releva du banc sur lequel il s'était assis, s'étira. Sa nuque craqua deux fois, lui arrachant un rictus de douleur. Une demie-heure à bouquiner et attendre là. Les élèves avaient l'habitude de le voir attendre seul sur un banc ou une chaise, un paquet de copie ou un obscur livre à la couverture rongé à la main. En général, il disparaissait une heure ou deux plus tard, ne laissant qu'un gobelet de café machouillé comme trace de sa présence. Ils y voyaient la trace de son tempérament solitaire ; il ne s'était jamais donné la peine de leur expliquer qu'étant claustrophobe, la salle des professeurs surpeuplée lui apparaissait comme une véritable cellule de prison au bout de quelques minutes.

Quoi qu'il en soit, ce n'était pas une mauvaise chose. Aucun élève à sa connaissance n'avait les compétences pour se dissimuler une demi-heure durant. Aucun mouvement depuis la dernière demie-heure : ils étaient donc tous en classe. Aucun petit curieux ne viendrait les interrompre pendant leur séance d'entrainement. Tant mieux. Lui-même ne savait pas trop comment ça allait se passer. Tout dépendrait des capacités de Luminaria, ainsi que de sa vitesse d'apprentissage. Et puis bien sûr, de sa propre capacité à bien s'entendre avec Amina et ça, c'était pas gagné...

Non, ne pas y penser. Il mit un genou à terre, mit son livre dans son sac, sous les quelques vêtements qu'il y avait entassés. De quoi se couvrir si besoin. Un bloc notes aussi, quelques stylo. Et une trousse de premier secours. Il espérait ne pas avoir à s'en servir, mais .. vigilance maximale. Son sac fermé, il se releva et après un dernier regard à l'école, se mit en route. Il avait donné rendez-vous à sa collègue à une porte de derrière du gymnase, hors de vue des fenêtres de l'école et du stade. Juste au cas où. Dès qu'il l'aurait retrouvé, ils fileraient dans la forêt. Greg avait repéré une clairière un peu à l'écart des sentiers utilisés, l'endroit parfait pour s'entrainer en tout tranquillité.

Chemin faisant, il croisa tout un groupe de seconde en plein échauffement pour l'athlétisme. Il les salua de la tête - et à sa grande surprise, quelques uns lui répondirent. Avec le sourire. Wouah. Perplexe, il se palpa le visage en les dépassant, à la recherche d'un bubon ou d'une tache d'encre qui aurait pu expliquer leur bonne humeur. Rien. Non, y'avait vraiment des élèves qui l'aimaient bien ? Quoi ? Mais pourquoi ? C'était vraiment bizarre !

Encore surpris, il tourna au coin du gymnase pour retrouver sa collègue.
Revenir en haut Aller en bas
Dark Side
avatar

Feuille de personnage
Level: C+
Race de Monstre: Démon - Succube
Karma:
0/200  (0/200)
Dark Side
Féminin Messages : 55
Date de naissance : 31/01/1996
Date d'inscription : 08/11/2016
Age : 21
Emploi/Situation : Professeur.
Humeur : Toujours agréable.
Situation amoureuse : Célibataire
MessageSujet: Re: Eye of the liger Mar 21 Fév - 15:59
Ailes déployées, vertige effroyable. Je tombais à genou, comme si une montagne venait de me tomber dessus. Le souffle court, la douleur me donna un haut le cœur, autant que mes mots. Que m'avait-il prit? Pourquoi, pourquoi étais-je si horrible avec lui? C'était moi la putain de responsable? je n'aurais jamais du lui demander de m’entraîner, je n'aurai pas due le pousser à le faire! Qu'elle conne! Le pire s'était que je lui renvoyait la faute, en même temps il n'aurait pas du accepter, mais pourquoi refusais-je d'assumer? Pourquoi ne voulais-je pas voir la réalité en face?

Parce que je désirais ce que je ne pouvais avoir. Égoïste, avare c'était bien l'ironie, j'avais tué ma sœur pour prendre son époux, je ne pouvais pas le forcer a être à mes cotés. Quelle idiote étais-je pour me leurrer de la sorte, pour être une telle garce? Franchement je ne valais rien en tant que démone rien de plus qu'en humaine que j'avais été.

- Mes mots ont dépassé ma pensée... je n'aurai pas due te demander de m'entraîner...

C'était un peu tard pour m'en rendre compte, mais tout de même, je ne pensais pas que mes coups l'atteindraient si fort. Avais-je plus de force que je ne le croyais? Où peut-être était-ce juste lui qui n'avait pas une force de monstre, même si avec de tel pouvoir cela semble normale.

Je tendis à nouveau mes ailes pour essayer de me relever avant de voler. Sauf que j'arrivais déjà pas à me remettre sur pied. J'étais pathétique, blessée, en colère contre moi-même, une vrai gamine. Ce qui ne manqua pas de me faire soupirer avant de forcer à nouveau sur mes jambes. De bout ma grande! Pensais-je en grimaçant. A défaut de voler, avec mes ailes, je pouvais me tenir debout.

Un petit rire m'échappa, celui du chagrin et de la honte. J'étais... qu'importe de quoi j'avais l'air ou ce que j'étais, en fin de compte je n'avais rien appris. Se faire botter le cul comme une merde, donner deux coups et en recevoir mille. Qui pouvait se venter d'un tel succès. Je ne voulais pas m'imposer plus, mais pour ça je devais réussir à partir.

- Je suis désolée... je n'aurai pas du essayer de briser cette expression de solitude.

De bien beaux mots qui expliquaient pourquoi j'avais voulu tendre la main, pourquoi j'avais eu si mal. A part dire, je ne pouvais plus changer ce qui avait été fait. Certes j'aurai mieux fais de me taire et partir sans un mot de plus, mais je ne pouvais pas. Je ne m'attendais pas à ce qu'il me prenne dans ses bras, c'était impossible, mais avoir une réponse ne signifiait plus rien non plus.

Avec mes forces sans cesse croissante grâce à ma nature, je peux trouver la force pour m'envoler. Pas longtemps, une centaine de mètre plus loin je me laissais descendre pour m'asseoir au sol. Ma jambe me faisait si mal, voler me donnait des coups de lance dans le dos et mon torse était en feu. Dormir... il était urgent que je dorme.

Appuyée contre un arbre, je fermais les yeux, à mon réveille je n'aurai plus rien ou presque. Quel bonheur d'être un monstre... quel malheur de n'avoir personne pour me nourrir à porté de main.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Feuille de personnage
Level: S+
Race de Monstre: Miroir ambulant
Karma:
125/200  (125/200)
Messages : 159
Date de naissance : 09/05/1970
Date d'inscription : 06/11/2016
Age : 47
Emploi/Situation : Allongée.
Humeur : Mélancolique.
Situation amoureuse : Ah. Ah. AH. AH AHAHAHAH !
MessageSujet: Re: Eye of the liger Mar 28 Fév - 14:35
Pas de réponse de sa part. Nada. Mais ce fut avec peine. Il n'était pas en état d'essayer d'être diplomate ou compréhensif, il avait juste envie d'hurler sur quelque chose à son tour. Sa colère était-elle contagieuse ou était-ce un comportement normal ? Il n'en savait rien - mais cette ignorance ne changeait rien à la rage qui lui dévorait le coeur en cet instant même.

Qu'elle parte. Juste.... qu'elle parte. Il ne demandait rien de plus.

Ce fut donc bras croisés, visage figé, qu'il la regarda prendre son envol et le fuir une fois de plus. Il n'eut même pas un geste pour lui porter secours lorsqu'elle fit mine de retomber - du moins, pas de geste visible car il n'y avait que lui pour savoir à quel point il serrait les points pour s'empêcher d'agir. Enfin, elle disparut de son champ de vision ; ce n'est qu'alors qu'il s'autorisa à se détendre, à expirer, à se mettre en route pour l'école. Il ne rêvait plus de sa chambre, de se soigner, de dormir et d'oublier. De l'oublier elle, cette succube à qui il avait failli accorder sa confiance et dont il refuserait désormais de s'approcher.

Et pourtant, malgré tout ça, il ne pouvait s'empêcher de lancer quelques regards en arrière, craignant autant qu'espérant qu'elle ne retrouve pas son chemin jusqu'à l'école.

Foutue empathie de merde.
Revenir en haut Aller en bas
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Alentours du Kekkai :: La forêt des Brumes-
Sauter vers: