Menth'o'd'laine, laine d'agneau, au revoir...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar

Feuille de personnage
Level: S+
Race de Monstre: Miroir ambulant
Karma:
125/200  (125/200)
Messages : 159
Date de naissance : 09/05/1970
Date d'inscription : 06/11/2016
Age : 47
Emploi/Situation : Allongée.
Humeur : Mélancolique.
Situation amoureuse : Ah. Ah. AH. AH AHAHAHAH !
MessageSujet: Menth'o'd'laine, laine d'agneau, au revoir... Mar 20 Déc - 15:41
Avec une grimace, Greg essuya d'un revers de la manche son agenda afin de lire ce qui y était écrit. Le magma coloré résista un court instant avant de dégouliner jusqu'au bord du bureau et de splotcher par terre. La suivante était donc ... Lorelei Nely. Lycanthrope. Nouvelle. La pauvre.

-Professeur je...
-Je sais.
-C'est pas moi, vous comprenez.
-Je sais.
-C'est juste que.. Ce rhume. Et comme je me controle pas, a chaque fois, et bien.. je...
-Je sais.
-...
-...
-... Pardon ?

Soupirant, Greg releva la tête, regardant enfin en face son élève rouge de honte. Adam Snidler. Un pauvre gus dont le isage avait gardé ses rondeurs de bébé. Gentil. Empôté. Et surtout, un fucking élémentaire-gelée à la menthe. Sérieusement. Où étaient passés les bons vieux pyromants et vampires, dangereux mais pas ridicules ? Au moins, eux ne lui auraient pas retapissé toute sa salle en vert fluo !

Voyant que son élève était au bord des larmes, il prit une profonde inspiration - et manqua s'étouffer : l'odeur chimique de la menthe était si présente qu'il aurait pu se croire en train de nager dans un thé vert marocain. La couleur aidait pas. Hollywood chewing-gum ! Et puis lui réexpliquer. Temporiser. Malgré la fatigue, l'énervement. Bien sûr que ce n'était pas sa faute. Ca ne rendait pas la corvée plus facile. Oui Adam, ça allait s'arranger. Bien sûr. C'était votre premier cours. Regardez autour de vous. Vous partez de là. Vous ne pourrez pas faire pire. Ou alors... Non, oubliez. Ramenez juste un bouchon la prochaine fois, au cas où. Pourquoi ? Euuuuuh...

Greg lui tint la porte et le regarda s'éloigner, pauvre adolescent couvert de flubber. Sur son passage, les élèves se retournaient, se demandant qui avait bien pu décider de se customiser en ectoplasme. Pas de moqueries cependant ; ils n'auraient pas osé. Adam n'était ni le premier ni le dernier à sortir d'un cours dans un état pitoyable. Le premier d'entre eux qui se serait laissé aller à une remarque méchante l'aurait payé tout ou tard en plaisanteries cyniques et vannes vaches de ses camarades.

Il reporta son attention sur la nouvelle venue. Qui était... ah oui. Lorelei. Une toute nouvelle élève. Il l'avait vaguement entraperçue à son premier cours mais ne lui avait laissé aucune impression, ni en bien ni en mal. D'un autre coté, il avait la tête légérement ailleurs ce jour là.

- Entrez donc, lui fit il en s'écartant de la porte.

Avec un soupir, il regarda sa salle en partie dégoulinante. Les deux rangées de tables de devant étaient engluées, son bureau carrément noyé. Nettoyer allait être facile, mais l'odeur... l'odeur allait rester des heures et des heures. Resoupir. Et dire que ce n'était que le premier cours de la journée... Il détestait les lundis.

D'un geste las de la main, il fit apparaitre deux grosses éponges et un seau d'eau savonneuse. Il n'avait aucune envie de faire cours dans cet environnement et la gelée à la menthe se trouvait bizarrement peu réactive à ses sorts. Donc, à l'huile de coude. Avec un peu de chance, Lorelei verrait ça comme une nouvelles pédagogie de cours.

-Prenez une éponge mademoiselle. Et dites moi ce que je peux faire pour vous pendant qu'on nettoie les tables. lui dit-il en saisissant la sienne.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Feuille de personnage
Level: C+
Race de Monstre:
Karma:
100/200  (100/200)
Messages : 23
Date d'inscription : 16/12/2016
MessageSujet: Mar 20 Déc - 20:22
Mon premier jour. Un peu nerveuse, bien que je ne le montrais pas. J'étais nouvelle, et ne connaissais personne. Je devais me rendre à mon premier cour aujourd'hui, cours de maîtrise des pouvoirs. Le professeur allait peut être pouvoir m'aider à maîtriser mes transformations, qui pouvait être inopinée. Et malheureuse la personne se trouvant dans les alentours à ce moment là. Enfin, là n'était pas le sujet.

Je sortais de la couette, me préparant pour le cours, m'habillant d'une robe bleue à rayures blanches, le tout accompagné de collant blancs, et de petite chaussure bleues foncés. Je me coiffais, et rajoutais dans ma chevelure un ruban assorti à ma robe. Une petite poupée en apparence, mais une véritable machine à tuer sous forme monstrueuse. Je finis par prendre mon sac, où pendouillait une petite peluche porte clé de lapin blanc et sortir de ma chambre, sous le regard curieux de quelques élèves.

Je marchais à un rythme régulier, ignorant les regards des autres, mes petites chaussures claquant sur le sol. La dentelle de ma robe bougeant au rythme de ma démarche, j'avançais ainsi, sans aucune hésitation vers la classe où se déroulait le cours. Sur mon visage, aucune émotion ne pouvait se lire, ce qui ne changeait pas vraiment de d'habitude. Je passais alors à côté d'un étrange personnage, vert fluo, à en brûler mes pauvres rétines. Je soulevais un sourcil, face à cette étrange vue. Je secouais alors la tête. Il n'était pas important, et bien d'autres personnes méritaient plus amplement mon intention qu'un pauvre slime. Le genre de créature qui ne m'intéressait guère. J'arrivais alors devant le professeur qui me dit d'entrer. La vue de celle ci, recouverte de part en part par une espèce de texture gluante verte fluo, que je supposais provenir de l'étrange individu d'avant. Pas doué. Je me retrouvais alors à nettoyer les bêtises. Ce qu'il allait regretter à un moment, mais ça, personne ne le saurais.

Je n'ai aucun contrôle sur mes transformations... C'est relativement problématique... J'aurais besoin d'aide.

Ma voix, sans émotions, et plutôt cristalline, résonnait dans la salle, perturbant le silence qui s'était installé.
Citation.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Feuille de personnage
Level: S+
Race de Monstre: Miroir ambulant
Karma:
125/200  (125/200)
Messages : 159
Date de naissance : 09/05/1970
Date d'inscription : 06/11/2016
Age : 47
Emploi/Situation : Allongée.
Humeur : Mélancolique.
Situation amoureuse : Ah. Ah. AH. AH AHAHAHAH !
MessageSujet: Re: Menth'o'd'laine, laine d'agneau, au revoir... Mar 20 Déc - 20:57
Bon. Bah au moins, elle n'avait pas renaclé à se mettre au boulot celle là. Elle aurait pu pourtant, vu son accoutrement. Délicat, soigné, féminin à l'extrême ; pas le costume idéal pour un travail manuel. Sans doute que les gens trouvaient ça très mignon - enfin, si elle daignait sourire de temps à autre. Pour le moment, elle était l'exemple vivant de ce qu'était une pokerface.

Une éponge chacun, ils se mirent au travail. Elles sur les tables des élèves, lui sur son bureau. Spouic et sploc firent les éponges, pouic ses chaussures dans le tas de gelée. Il jeta un oeil à son élève, grimaça légérement. Si ses petites chaussures étaient trouées, elle allait le sentir passer. Ce genre d'incident, somme toute quotidien, lui avait vite appris à laisser de coté tout apparat pour se contenter du basique : un pantalon sombre, une chemise de même ton, une paire de gants épais et surtout, surtout une grosse paire de godillots renforcés. Lavables, pratiques, et si besoin jetables : le costume parfait pour un enseignant en somme.

Le silence se fait un court instant. Pas vraiment gênant. Il s'installait toujours. Au moins le lessivage leur donnait l'excuse idéale pour prendre leur temps. Elle finit par le rompre. Clair, simple. Lycanthrope, pas de controle. Bon. Il ne lisait quasiment jamais les dossiers des élèves avant de les rencontrer, préférant se faire sa propre opinion sur place et entendre ce qu'ils avaient à dire.

- Mordue ou héréditaire ? Lui demanda t il simplement en allant tremper son éponge dans le seau.

La réponse avait son importance. Les né-loup-garous avaient en général un entourage bienveillant et au courant capable de les aider. Les mordus, quant à eux... disons juste qu'ils devaient s'estimer heureux s'ils leur restaient une famille. Un loup-garou affamé et violent se limitait rarement à une seule proie.

Il resta penché un peu trop longtemps sur le seau, faisant mine d'essorer la serpillère qu'il avait également conjurée. Ce faisant, il pouvait discrétement observer Lorelei. La phase de premier contact était toujours délicate. Allait-elle pleurer, hurler, plaisanter ? Il n'en savait rien, mais il était prêt à tout.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Feuille de personnage
Level: C+
Race de Monstre:
Karma:
100/200  (100/200)
Messages : 23
Date d'inscription : 16/12/2016
MessageSujet: Re: Menth'o'd'laine, laine d'agneau, au revoir... Mar 20 Déc - 21:16
Une fois le tout nettoyé, on pouvait passer aux choses sérieuses. Je posais l'éponge, une fois finie de mon côté, et me tournais pour regarder le professeur, et l'entendis alors me demander si j'avais été mordue ou si c'était héréditaire.

Mordue... Un soir de pleine lune...

J'avais dis cela, sans aucune émotion apparente, mais au fond de moi, je bouillais de rage. Mes poings se serrèrent. M'en rendant compte, je levais alors mes mains à hauteur de mes yeux et les observaient silencieusement. C'était la première fois que je réagissais ainsi. A vrai dire, c'était peut être normal, ce professeur était la première personne à qui j'en parlais donc... Enfin, je soufflais pour reprendre un tant soit peu de mon calme légendaire, et surtout, pour ne pas risquer une transformation non prévue, et risquer de gros dégâts.

Je m'adossais alors contre une des tables d'élèves, et observais le professeur.

En quoi ça change, le fait que je sois mordue par rapport à un héréditaire ?

Mon côté curieux ressortait alors, voulant en savoir plus sur mon côté lycantrhope, obligée de vivre avec.

Je sais, que plusieurs fois je me suis réveillée à plusieurs reprises dans un troupeau de vaches ou moutons... Tous démembrés, égorgés et les entrailles à l'air.... Et je n'ai aucun souvenir de ces carnages....

Je lançais alors un regard à mon interlocuteur pour lui faire comprendre que j'étais sérieuse et que la situation était compliquée à gérer pour moi. Du moins, seule et sans aide.
Citation.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Feuille de personnage
Level: S+
Race de Monstre: Miroir ambulant
Karma:
125/200  (125/200)
Messages : 159
Date de naissance : 09/05/1970
Date d'inscription : 06/11/2016
Age : 47
Emploi/Situation : Allongée.
Humeur : Mélancolique.
Situation amoureuse : Ah. Ah. AH. AH AHAHAHAH !
MessageSujet: Re: Menth'o'd'laine, laine d'agneau, au revoir... Mar 20 Déc - 21:33
Mordue. Evidemment. C'aurait été trop simple ici. Y'avait il un seul élève dont les deux parents étaient encore vivants dans sa classe ? pensa-t-il. Méchant ? Pas vraiment. Ironique plutôt. L'ironie l'aidait à gérer son excès d'empathie. S'il commençait à pleurer avec les élèves, ils ne s'en sortiraient pas. Donc tenir et juste si besoin, laisser transparaitre ce qu'il ressentait.

Surtout que la demoiselle était visiblement sous le choc. Sa voix était calme, mais son corps crispé. Visiblement, elle même en était surprise. Syndrome post-traumatique ? Même si les premières transformations n'étaient quasiment jamais controlables, les lycanthropes en gardaient au moins des souvenirs. Suffisamment pour savoir s'ils avaient attaqué un humain par exemple - ce qui arrivait bien plus fréquemment qu'on ne le pensait. Personnellement, à chaque pleine lune, cours ou non, Greg gardait un canif en argent en poche. L'aura du métal suffisait à réduire les risques d'attaques impromptues.

- Vous en avez déjà parlé à quelqu'un ? Lui demanda-t-il tout en lui faisant signe de s'asseoir sur une des chaises toutes propres. Il prit le temps de vérifier que ses gants lui couvraient bien les mains avant de les faire passer dans le kekkai d'une simple incantation murmurée. Isolation totale. Si jamais elle perdait les pédales - ce qui n'arrivait jamais dans son cours, bien sûr - les autres élèves seraient en sécurité et il se faisait assez confiance pour survivre à la rencontre.

Il la rejoignit, s'asseyant à la table voisine. Le costume de l'élève lui donnait tellement l'air d'une poupée de porcelaine inoffensive qu'elle éveillait bien moins sa paranoia que la majorité des autres adolescents de l'établissement.

- C'est arrivé quand ?

Il se pencha légérement en avant, coudes sur les genoux et mains jointes. Posture patiente et attentive. Le parfait professeur. Souvent, il fallait déballer, et déballer, et déballer pendant le premier cours. Ce n'était jamais agréable mais il fallait bien en passer par là.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Feuille de personnage
Level: C+
Race de Monstre:
Karma:
100/200  (100/200)
Messages : 23
Date d'inscription : 16/12/2016
MessageSujet: Re: Menth'o'd'laine, laine d'agneau, au revoir... Mar 20 Déc - 21:54
Un signe, pour m'asseoir, et une question. Simple. Au moins, on ne perdait pas de temps, mais si cela durait trop longtemps, je n'étais pas sûre de pouvoir rester calme longtemps.

Personne... Vous êtes la première personne à qui j'en parle.

En effet, je n'avais pas cherché à rencontrer d'autres personnes qui étaient comme moi, et qui auraient pu m'aider. J'étais bien trop occupé à fuir la population humaine et à rester loin de touts villages ou toutes villes à proximité, pour ne pas tuer les humains lors d'une de mes transformations.

Une autre question, toute aussi simple que la première.

A mes 15 ans... Ma mère est morte, tué par les trois lycans qui étaient dans notre maison... Et je me suis faites mordre...

Les souvenirs ressurgissaient. Ce soir, où la violence s'était abattue sur notre petite maison de campagne. Le sang avait coulé ce soir là. Je fronçais les sourcils, légèrement tremblante. Ne pas perdre le contrôle, ne pas se transformer. Je fermais les yeux, essayant de me calmer au mieux.

Me détendant au maximum, essayant d'effacer ces horribles images de ma tête je relevais la tête, plantant mon regard dans les yeux de mon interlocuteur. Mon regard, de base bleu foncé, était devenu bleu turquoise. Je le savais, instinct de loup, sans doute... On pouvait y voir une colère profonde, l'envie de tuer la personne responsable de mon état.

Si un jour je retrouve ce foutu lycan, je le tuerais...

Cela n'avait été qu'un murmure, un simple souffle perdu dans la salle de cours.
Citation.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Feuille de personnage
Level: S+
Race de Monstre: Miroir ambulant
Karma:
125/200  (125/200)
Messages : 159
Date de naissance : 09/05/1970
Date d'inscription : 06/11/2016
Age : 47
Emploi/Situation : Allongée.
Humeur : Mélancolique.
Situation amoureuse : Ah. Ah. AH. AH AHAHAHAH !
MessageSujet: Re: Menth'o'd'laine, laine d'agneau, au revoir... Mar 20 Déc - 22:27
A noter : l'adresser au psy de l'école. Enfin, quand ils en auraient un. Donc correction : trouver un psy, l'amener jusqu'à l'école, puis la lui adresser. Traumatisme profond, bien ancré, profond désir de vengeance. Probable refus de reconnaitre son statut de loup-garou au plus profond d'elle-même et perte de repères. Possible infection par son entourage : une meute de loup-garou s'aventurait rarement en espace clos, préférant les lieux dégagés. Son père ? Ses frères ? Des voisins ?

Greg l'observa, lui aussi en pokerface. Ce qu'elle disait restait froid, factuel. Une description qu'il aurait pu lire dans son dossier, pas le récit d'un être humain. Tel jour, il est arrivé ça. Depuis, ceci. Du coup, cela. Un plus un égal deux. Soit elle était vraiment totalement revenue de tout ça, soit elle mettait ses émotions totalement à part, volontairement ou non. Vu qu'elle n'en avait jamais parlé à personne et que son corps, lui, avait l'air de réagir, il penchait pour la seconde option. Crispation. Tremblement. Controle de la respiration. Pupilles se relâchant et décontractant pendant qu'elle sentait le contrôle lui échapper.

Donc trauma à gérer. Pas son rôle, mais il fallait en tenir compte. Cela devait influencer son contrôle. Cela dit, elle avait tenu deux ans seule avant d'être envoyée ici. Sans être tuée ou arrêtée, ce n'était pas mal du tout. En plus son comportement lui prouvait qu'elle savait au moins repérer les signes précurseurs de la métamorphose, peut être les ralentir à défaut de les empêcher totalement.

La petite phrase froide fila entre eux, fendant le silence total de la salle. Il se contenta de la regarder sans réagir, son visage devenu totalement froid. Inexpressif.

Penser. Vite. Il voyait deux options là tout de suite.
Primo, se montrer conciliant et essayer de la calmer par la parole. Pas certain de réussir, mais cela pourrait éventuellement les aider à tisser une relation de confiance entre eux. Cela dit, Lorelei risquait de trop s'attacher et cela serait nocif pour lui comme pour elle. Il n'était pas psychologue et ne pourrait pas lui accorder énormément de temps. Quelqu'un comme elle, privé de compagnie depuis deux ans, risquait de mal le vivre. Peut-être même de régresser ou de totalement lâcher prise.
Secondo, au contraire la jouer sévére. Pas méchant, sévére. Elle avait vécu seule, sans meute. S'il réussissait à se faire reconnaitre comme chef, comme alpha, le loup en elle lui obéirait et il serait plus facile pour elle d'apprendre à se dominer. De plus leur rapport passerait par l'obéissance, pas l'affection. Cela risquait de fortement lui déplaire en tant qu'humaine, mais ce serait efficace. Si elle trouvait un autre référent de confiance ailleurs, tout irait bien.

Donc : pallier au plus pressé, l'aider sur le court terme et peut-être tout annuler sur le long terme ou jeter un froid tout de suite en espérant faire pour le mieux.

Observation. Son visage s'était empourpré, ses iris se transformaient, leur couleur océane virant vers le glacier. Regard dur. Fixe. Idée fixe. Elle s'était construite sur cette idée, comprit il. Se venger. Deux ans à remâcher sa vengeance. A tenir bon pour cette seconde où elle pourrait planter ses crocs dans la gorge de celui qui le méritait.

Vengeance amère, pas douceur du réconfort. Il se décida en une fraction de seconde. Alpha.

- Pour ça, encore faudrait-il pouvoir vous contrôler, mademoiselle.

Sa voix était aussi froide que la sienne. Greg s'était redressé sur sa chaise. Dos droit, mains posées à plat sur ses genoux. Tête haute il la regardait en baissant le regard. Pas dédaigneux mais sûr de lui. La posture jouait énormément dans cette situation. Il le savait. Respiration calme, régulière. Lui montrer qu'il était en mesure de la calmer. Par la force si besoin.

- Vous croyez vraiment avoir une chance dans votre situation ?

Légére trace d'ironie. Il s'en voulut aussitôt pour ça, mais c'était pour le mieux. Pour lui faire comprendre qu'elle n'était pas un danger pour lui. Pas maintenant. C'était lui qui dominait. Lui le maitre. Alpha. Couché le loup. Ou sinon... il le mettrait à terre lui-même.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Feuille de personnage
Level: C+
Race de Monstre:
Karma:
100/200  (100/200)
Messages : 23
Date d'inscription : 16/12/2016
MessageSujet: Re: Menth'o'd'laine, laine d'agneau, au revoir... Mar 20 Déc - 22:53
Le silence qui s'était installé dans la salle fut rompu par le professeur. Une simple phrase. Et pourtant, au fond de moi, quelque chose avait fait tilt. Je savais qu'il avait raison, que dans mon état actuel je n'arriverais pas à atteindre mon objectif final. Contrôle. Mon interlocuteur plaça alors une seconde phrase, teintée d'une pointe d'ironie. Je savais que c'était pas pour me blesser ou quoi, juste, me faire reprendre le contrôle. Je clignais des yeux, quelque peu perdue, comme si je ne savais moi même plus où j'étais vraiment.

Mon esprit, totalement revenu à la normale, mes yeux reprirent leur couleur normale, un joli bleu foncé. Je ne savais plus quoi dire. Actuellement, je ressemblais plus à une petite fille sans repère et totalement désœuvrée face à sa véritable nature.

Voyez par vous même... Un rien, un simple souvenir suffit à me faire perdre les pédales... Je ne sais pas comment y faire face ni comment le maîtriser...

Pour la première fois depuis longtemps, je semblais être devenue une épave émotionnelle qui était larguée au beau milieu d'un océan de rage et de désespoir. Et celle ci commençait à couler, doucement mais sûrement.

Un flot d'émotions traversaient mes yeux. Douleur, tristesse, colère mais surtout regret...

Encore désolé monsieur...

Je baissais la tête, honteuse, d'avoir failli perdre le contrôle devant un professeur. Je ne pouvais m'empêcher mes joues de devenir rose, de honte et de regret. Mais pour la première fois depuis bien longtemps, je montrais des émotions sur mon visage, habituellement inexpressif.

Je mordillais alors mes lèvres, nerveusement, mes yeux se plantant sur le sol, comme une petite fille prise en faute, durant une de ses bêtises. Je ne pouvais m'empêcher d'être ainsi. Mais quelque part, j'étais contente que quelqu'un est réussi à m'empêcher de me métamorphoser en un monstre sanguinaire. Pour la première fois, depuis longtemps, il n'y avait pas de carnage sur mon passage.  
Citation.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Feuille de personnage
Level: S+
Race de Monstre: Miroir ambulant
Karma:
125/200  (125/200)
Messages : 159
Date de naissance : 09/05/1970
Date d'inscription : 06/11/2016
Age : 47
Emploi/Situation : Allongée.
Humeur : Mélancolique.
Situation amoureuse : Ah. Ah. AH. AH AHAHAHAH !
MessageSujet: Re: Menth'o'd'laine, laine d'agneau, au revoir... Mer 21 Déc - 2:11
Quelques secondes durant lequel le monde retint son souffle. Telle une pièce lancée par un parieur, tout était en attente. Pile je gagne face tu perds. Il ne la quitta pas des yeux comme si la simple force de son regard pouvait faire pencher l'univers d'un coté ou de l'autre. A quoi allait il avoir le droit : la belle ou la bête ?

Ses paupières papillonnèrent. Ses yeux se voilèrent légérement. L'océan de ses yeux se réchauffa jusqu'à l'outremer. La belle avait vaincu la bête cette fois-ci. Belle qui se révélait plus humaine en cet instant qu'il ne l'avait jamais vue auparavant. Disparue la poupée de porcelaine, la voilà devenue une vraie petite fille. Vivante. Pour la première fois depuis bien longtemps, soupçonnait-il. Deux ans peut-être... C'est long deux ans quand on est mort à l'intérieur. Long comme une éternité.

Greg se mordit l'intérieur de la joue, le temps que cet accès de sympathie passe. Elle n'avait pas besoin de pitié en cet instant. Pas de sympathie. Ca, elle devrait l'obtenir de ses pairs. Lui devait être inflexible. Encourageant mais sévère. Le roc sur lequel elle pourrait s'appuyer jusqu'à pouvoir avancer sans béquille.

Il lui laissa quelques secondes pour récupérer. Il n'y avait pas besoin d'être un génie pour voir aux frissons agitant son visage et à ses mouvements oculaires qu'elle passait par toute une d'émotions probablement de manière incontrolée. Il imaginait bien lesquelles. Honte. Peur. Tristesse. Regret. Joie. Colère. Remords. Espoir. Anxiété Savait-elle encore seulement les identifier ? Parfois, après trop de solitude, on ne savait même plus quel mot accoler à ces sensations. Il en savait quelque chose.

-Vos excuses sont inutiles ici.

Phrase tranchante comme un vent d'hiver et tout aussi froide. Ses mots étaient volontairement abrupts et ambigus, autant pour lui que pour elle. Ils n'étaient pas là pour s'apprécier. Juste pour qu'elle s'améliore. Froid et chaud, la mettre en condition. La faire réagir. Puis la rassurer. Elle pouvait si elle voulait, si elle essayait.

-Une simple pensée peut vous faire perdre les pédales. Une simple phrase vous ramener à la raison. Alors arrêtez de vous excuser. Essayez. Apprenez. Réussissez.

Voix légérement plus chaude en fin de phrase. On y sentait une légére fierté. Une reconnaissance. Elle pouvait, oui. Et elle méritait d'y arriver. De se contrôler. De vivre avec le loup au lieu de le craindre. Il n'avait pas besoin de se forcer pour lui faire sentir qu'elle avait des capacités. Il suffisait qu'il se rappelle qu'elle avait passé deux ans dehors, seule.

Le doppelganger se leva lentement. Mains sur les hanches et pouces dans les poches, bien campé dans le sol, il présentait toutes les apparences de la fermeté et du contrôle. L'aura d'un chef. D'un alpha. Juste devant elle. Elle devait le suivre aveuglément, tel était le message qu'il espérait lui transmettre inconsciemment. Il passa au tutoiement, rompant volontairement la barrière professeur-élève pour l'obliger à sortir du simple cadre du cours.

- Est-ce que tu veux continuer à t'excuser ?

Ou ne plus avoir besoin de le faire ? La fin de la phrase, tue et pourtant bien présente, flotta entre eux deux. A elle de choisir. Se renfoncer dans sa forteresse de solitude et rester le jouet de son loup, ou en sortir et avec son aide le domestiquer. Il se contenta d'attendre sa réponse.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Feuille de personnage
Level: C+
Race de Monstre:
Karma:
100/200  (100/200)
Messages : 23
Date d'inscription : 16/12/2016
MessageSujet: Re: Menth'o'd'laine, laine d'agneau, au revoir... Mer 21 Déc - 16:04
Heureuse. J'étais heureuse. L'espoir était réapparu soudainement, alors que je n'y croyais plus. Quelque chose au fond de moi avait changé. Ce quelque chose m'avait redonné la force de me relever, alors que j'avais perdu tout espoir de m'en sortir. Et y avait autre chose. J'avais désormais cette détermination, qui me poussais à aller de l'avant et ne plus fuir les obstacles. Si je voulais atteindre mon objectif final, je me devais de réussir à dompter cette bête au fond de moi. D'en faire mon alliée. A cette idée, je ressentais une forte excitation au fond de moi. De ne plus avoir peur, ne plus être aussi méfiante et réapprendre à vivre normalement. Je levais alors les yeux vers mon professeur, cette fois ci déterminée à réussir, même si je savais que ça prendrait du temps.

Je veux changer... Affronter ma peur et pouvoir dompter cette bête au fond de moi.


Je savais que ça n'allait pas être une tâche aisée, mais, je me devais d'y arriver. Pour ma mère et moi même. Jamais elle n'aurait souhaité me voir aussi pathétique que y a quelques instants. Mais, tout ça, c'était fini et du passé. Je n'allais plus être un simple pantin entre les griffes de mon loup. Je serrais les poings, souffla un bon coup et me détendis.

Je savais, au fond de moi, que ma mère aurait été fière de me voir avancer. Pour elle. Pour moi. Pour qu'elle puisse enfin reposer en paix. Et plus jamais, les souvenirs me hanteraient. Ne plus me laisser faire. Et ainsi, j'avancerais dans la vie. Je crois, qu'à ce moment là, j'étais résolue à tenir cette promesse faite dans mon esprit, mais pour le moment, je n'étais qu'une débutante. La route allait être longue, mais je devais être patiente et y parvenir, jusqu'au bout.

Je finis par faire un petit sourire timide, pour moi même, me donner du courage et la force d'avancer. Je me remis alors droite sur la chaise, et plantais mes yeux bleus dans le regard du professeur, déterminée à réussir. Après tout, je ne pouvais plus reculer désormais. 
Citation.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Feuille de personnage
Level: S+
Race de Monstre: Miroir ambulant
Karma:
125/200  (125/200)
Messages : 159
Date de naissance : 09/05/1970
Date d'inscription : 06/11/2016
Age : 47
Emploi/Situation : Allongée.
Humeur : Mélancolique.
Situation amoureuse : Ah. Ah. AH. AH AHAHAHAH !
MessageSujet: Re: Menth'o'd'laine, laine d'agneau, au revoir... Mer 21 Déc - 21:53
Ses paroles lui firent penser qu'ils étaient sur le bon chemin. Rapidement, en plus. Bon nombre d'élèves se braquaient contre l'idée même d'évoluer. "Non non, mais ça va. J'ai pas besoin d'aide. C'est pas ma faute. Je veux pas. Ca sert à rien." Les excuses s'amoncelaient autour d'eux, forteresse illusoire de mots, jusqu'au jour où la réalité en abattait les remparts et les noyaient. Lorelei au moins avait la sagesse de demander à apprendre à surnager. Peut-être même apprendrait-elle un jour s'y mouvoir en toute sécurité - mais ce serait dans de très longs mois.

Il hocha la tête, une ombre de sourire sur le visage. Oui, il était satisfait. Il le lui montrait. Elle méritait bien que quelqu'un soit fier d'elle pour cette décision. "Ce sera long et difficile" se borna-t-il à lui rappeler tout en se rasseyant. Pas un mot de plus. Sa concision elle-même devait lui faire comprendre qu'il lui faisait confiance pour maintenir le cap malgré les difficultés. Sa posture s'affaissa légérement, redevenant moins autoritaire. Professeur, pour le moment. Retour à leurs places respectives. Il entreprit de répondre à sa précédente question et ce faisant, de lui expliquer le problème de base.

- Les nés-lycanthropes ont beaucoup plus de facilité à maitriser leurs capacités. On leur apprend dès qu'ils sont enfants à accepter le loup en eux. Les mordus comme vous, au contraire, luttent contre lui. Il est très difficile pour un humain d'accepter qu'il posséde désormais un coté "monstrueux". Au lieu de communiquer, vous coupez. Vous ne donnez rien au loup, il ne vous donne rien. Ni confiance, ni souvenir, ni contrôle. C'est la première chose que nous allons devoir travailler Lorelei.

Bien sûr, les choses étaient plus compliquées que ça. Il n'y avait pas vraiment de loup. Rien ne s'était surajouté à Lorelei après la morsure. C'était plutôt comme si une partie de son âme profondément enfouie était revenue à la surface et pouvait prendre possession d'elle par moment. Une partie animale. Instinctive. Violente. Egoiste. Une partie qu'il nommait "loup" pour ne pas l'effrayer. Apprendre que c'était elle-même qui dévorait des troupeaux les nuits de pleine lune et pas un quelconque "alien" serait difficile à accepter. Ils y viendraient petit à petit.

-Et ce sera le premier exercice auquel je vous soumettrai. Je veux que vous vous transformiez en loup. Ici. Maintenant. Volontairement.

Les trois derniers mots furent légérement accentués dans le but de lui faire saisir que oui, il savait parfaitement ce qu'il lui demandait. Greg pencha légérement la tête, observant le timide sourire se faner. Délicat, il le savait. Mais nécessaire. L'apprentissage se ferait tout autant avec le loup qu'avec l'humain en elle. L'accepterait-elle ? Il l'espérait en tout cas.

-Croyez-moi, Lorelei, vous n'avez aucune chance de me blesser, la rassura-t-il avec un sourire presque doux. Vous pouvez vous laisser aller.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Feuille de personnage
Level: C+
Race de Monstre:
Karma:
100/200  (100/200)
Messages : 23
Date d'inscription : 16/12/2016
MessageSujet: Re: Menth'o'd'laine, laine d'agneau, au revoir... Mer 21 Déc - 22:23
Maintenant je comprenais mieux pourquoi il était si difficile pour moi d'être comme "ça". De base humaine, pour moi, il était bien trop bizarre d'avoir désormais une part de quelque chose dont j'ignorais tout. Auquel je n'avais jamais eu affaire avant la morsure. Mais, maintenant, plus rien ne m'étonnait en ce monde, vu que moi même j'étais étrange. Avant tout ça, je pense pas que j'aurais cru à l'existence des monstres. Mais j'étais bien obligé de le reconnaître, mon existence étant désormais la même que la leur.

Je vois.


Je me détendis au maximum, à la suite des paroles de mon professeur. Ne pas paniquer, et avoir confiance en moi. Je pouvais le faire. Quelque part, je devais faire confiance à ce loup, lui laisser mon corps. Peut être, qu'après tout ça, j'arriverais à mieux gérer. Maman, regarde moi de là où tu es... Et sois fière de moi. Vois comme ta fille se donne du mal, pour te rendre fière, et pour s'en sortir. Je fermais les yeux, prenant de longue respiration, pour le calme, comme si j'entrais en état de méditation. C'était un peu bizarre pour tout avouer. Comme si je partais à la rencontre de ce loup, pour tout recommencer. Et lui laisser sa chance.

Mon corps, commençant à chauffer, je sentais que ça marchait, petit à petit. Les odeurs, se firent plus envahissantes. Mon nez, percevait de nouvelles choses que sous forme humaine je ne percevais pas. Une forte douleur se fit alors sentir dans tout mon corps. J'avais l'impression qu'on me tordait les os dans tout les sens inimaginables. Mais je devais résister à la douleur. C'était une nouvelle épreuve que je devais traverser. Un simple gémissement sorti de mes lèvres.

Un bon quart d'heure devait s'être écoulé. Et tout s'arrêta.La douleur intense, la sensation d'être brûlée de l'intérieur. Je rouvris alors mes yeux. La lumière m'aveuglant, je les refermais brusquement, et les rouvris, plus doucement. Je regardais alors le sol, et à la place de mes mains se trouvaient de grosses pattes recouverte d'une fourrure bleue. Je devais avoir réussi. Je reniflais l'air, curieuse. Puis je plantais mon regard bleu glacé dans les yeux du professeur. Ayant bien grossi j'avais détruis une table et une chaise. Bon, y aurait pu avoir pire comme dégât. Bien que j'avais encore un peu peur de ce qui pourrait arriver si je perdais le contrôle, j'avais un peu plus confiance en moi. Tout allait être différent maintenant. Je le sentais au fond de moi. Et puis, je crois que ça ne me déplaisait pas tant que ça, d'avoir une partie loup en moi. J'étais même plutôt excitée à cette idée là.
Citation.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Feuille de personnage
Level: S+
Race de Monstre: Miroir ambulant
Karma:
125/200  (125/200)
Messages : 159
Date de naissance : 09/05/1970
Date d'inscription : 06/11/2016
Age : 47
Emploi/Situation : Allongée.
Humeur : Mélancolique.
Situation amoureuse : Ah. Ah. AH. AH AHAHAHAH !
MessageSujet: Re: Menth'o'd'laine, laine d'agneau, au revoir... Sam 24 Déc - 12:14
Impressionnant. Transformation totale et volontaire. Lors du premier essai, la majorité des mordus échouaient ou, au mieux, n'arrivaient qu'à se transformer partiellement. Fourrure sur un corps d'humain, des pattes malformées, une face humaine sur un crane de loup : une véritable foire des horreurs. Vraiment, il n'en aurait pas espéré tant. Restait à voir au niveau esprit maintenant...

Ainsi pensait Greg en observant le loup se relever. Il n'avait pas détourné les yeux de Lorelai durant tout le temps de sa métamorphose, notant, estimant, remarquant. Quoi ? Oh, toutes sortes de chose. Les signes de douleur de son corps - qui ne disparaissait jamais, peu importe l'expérience du lycan, mais finissait par être à peine remarquée. Les expressions de son visage lorsque ses sens se modifièrent et se firent plus fort. La déformation de son corps, d'abord presque imperceptible puis de plus en plus rapide. Le temps aussi, bien sûr, un quart d'heure - trop lent pour la vie de tous les jours mais qu'importait du moment qu'elle y arrive.

Et maintenant, un loup. Géant, massif, une Bête du Gévaudan. Effectivement, il n'avait dû avoir aucun mal à dévorer les troupeaux... Rien à voir avec la physiologie de la frêle jeune fille qu'il était sous forme humaine, à l'exception de la couleur de son pelage. D'ailleurs, contrairement à elle, il n'était pas impassible. On lisait en lui comme un livre ouvert : curiosité, excitation, impatience.

Mais il y manquait une chose à laquelle il se serait attendue au vu des explication de Lorelai, se rendit-il compte. Pas d'agressivité. Pas de violence. Elle l'avait dépeint comme un monstre assoiffé de sang alors qu'en cet instant il avait tout du louveteau affectueux. Rien ne disait que cela ne pouvait pas changer, bien sûr, mais il se demandait si cette folie furieuse qu'elle attribuait au loup venait vraiment de lui, ou si cela provenait de l'incompréhension dans laquelle il se retrouvait à chaque pleine lune. Après tout, lui non plus n'avait pas de souvenirs de sa transformation en humain, aussi devait il se retrouver à chaque transformation avec un corps ravagé de douleur et extrêmement tendu sans savoir qui et où il était. Qui n'aurait pas attaqué suite à ça ?

Le loup tourna la tête d'un coté puis de l'autre jusqu'à accrocher son regard. Turquoise, se rendit il compte. Un autre lien vers Lorelai. A croire qu'elle avait customisé son alter ego. Il se releva prudemment sous l'oeil curieux du lycan, veillant à ne pas paraitre menaçant pour l'instant.

- Lorelai ? appela-t-il doucement, cherchant à déterminer si elle était encore consciente ou si le contact était coupé.

Tout aussi pacifique que semble l'animal, il renforça mentalement le lien avec Millie. Au moindre signe d'attaque, il lancerait un sort de feu pour apeurer l'animal - le feu faisait partie des terreurs instinctives animales, aucun lycan peu entrainé pouvait ne pas au moins être effrayé par ça - et se tiendrait prêt à contrer ses attaques.
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Prez de Nuage de Laine !
» [Chanson] De la laine de mouton (tagadoum tadzoum tadzoum)
» Commande "Laine et Tricot"
» Pelote de laine au milieu des décombres. [Libre (: ]
» Faire un caniche en laine

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Lycée Shinsei :: Bâtiments Principaux :: Salles de classes-
Sauter vers: