Allô rumeurs ?


Des portes volantes auraient été aperçues dernièrement aux abords de l'aile est. Les complotistes s'affolent tandis que certains parlent déjà de migration.
Clique ici pour proposer ta rumeur



 

Et une bouchée pour Keiko, et une bouchée pour Kei, et une bouchée pour Setsuna, et une...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar

Feuille de personnage
Level: C+
Race de Monstre: Succube à louer
Karma:
100/200  (100/200)
Sexe : Féminin Messages : 36
Date de naissance : 09/05/1992
Date d'inscription : 11/12/2016
Age : 25
Humeur : Badine
Situation amoureuse : Ne mélangeons pas travail et plaisir ~
MessageSujet: Et une bouchée pour Keiko, et une bouchée pour Kei, et une bouchée pour Setsuna, et une... Dim 29 Jan - 16:48
Le pain frais répand
Son fumet alentour.
Odeur d'enfance.


Assise élégamment, Setsuna tenait de ses deux mains son bol de thé. Celui qu'on leur proposait à la cantine n'était pas de très bonne qualité aussi préférait-elle de loin profiter de la chaleur qu'il diffusait à travers la céramique et savourer son odeur plutôt que de le boire. Bien sûr, peut-être celui-ci était-il exceptionnellement bon, mais pourquoi gâcher le plaisir de l'instant en courant le risque d'être déçue ? Mieux valait souffler doucement sur les vapeurs en émanant et se reposer sur son odorat satisfait.

Mais le thé n'était pas la raison de sa venue ici. Celle-ci se trouvait de l'autre coté de la table, occupée à remplir son estomac de sa boisson favorite. Keiko, surveillante nouvellement arrivée dont Setsuna ne savait que penser. Une jeune femme arrivée seule à l'académie et alternant d'une minute sur l'autre désinvolture puérile et réserve inexplicable.

Malgré son comportement quelque peu aléatoire, celle-ci avait fini par lui demander de l'accompagner au réfectoire avant de rejoindre le directeur. Setsuna, bien élevée comme elle l'était, avait accepté sa demande à la condition de lui accorder un détour au préalable pour poser son shamisen en lieu sûr. A sa grande surprise, Keiko l'avait suivie tout le long du chemin en lui tenant la main. La main. En y rependant, Setsuna sentait la perplexité envahir ses pensées. S'il était relativement courant au Japon de voir des jeunes filles se tenir par le bras - signe évident de bonne camaderie, se tenir la main était réservé aux couples. La  succube avait bien évidemment accepté par politesse mais avait dès que possible saisi par le bras la jeune femme au lieu de la main, l'obligeant à se comporter de façon plus décente. Une chose était certaine en tot cas : Keiko n'était pas japonaise. Plutôt étrange vu son prénom nippon.

Sentant une légére douleur au creux de ses reins, Setsuna se redressa sur sa chaise de bois et posa ses mains sur ses cuisses. Elle aurait de loin préféré être agenouillée devant une table basse dans une posture digne de son rang mais Keiko ayant spontanément décidé de prendre place autour d'une table de réfectoire, elle avait dû prendre son mal en patience. Elle profita du mouvement pour jeter un discret coup d'oeil au visage de son interlocutrice et essayer de discerner son humeur. Peine perdue ; elle ne décelait rien sous ce sourire qui pouvait être - ou non - de pure façade.

Que faire ? Que dire ? La question ne se posait pas. Les règles pour un premier thé avec un étranger était simple : se montrer un exemple de courtoisie et lancer le dialogue à l'aide de question ouverte. Le plus difficile était de commencer par une question qui ne soit ni trop intime, ni trop distante afin de mettre à l'aise l'interlocuteur. Elle sentait d'instinct que toute question trop banale telle qu'une remarque sur la météo serait mal prise aussi fallait-il directement courir le risque de parler de Keiko directement. Cela dit, il ne fallait pas non plus être trop inquisiteur...

Aussi la geisha dégagea t elle une de ses mains de son giron pour désigner l'assiette contenant les dango qu'elle avait achetés en même temps que son thé pour inviter Keiko à se servir à sa guise puis lança poliment - mais avec le sourire, comme toujours :

- D'où venez-vous, Keiko-san ? Vous avez l'air d'avoir fait un long voyage.


Ainsi, pensait Setsuna, Keiko pourrait à sa guise répondre sur son origine ethnique ou sur la dernière ville visitée - à moins bien sûr qu'elle ne préfére botter en touche en se focalisant sur le voyage en lui-même ? Yeux légérement brillants, fixés sur son menton afin de ne pas l'intimider, elle attendait sa réponse.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Et une bouchée pour Keiko, et une bouchée pour Kei, et une bouchée pour Setsuna, et une... Mar 31 Jan - 22:14

~Et une bouchée pour Keiko~

~Et une bouchée pour Setsuna…~




Setsuna Matsumoto | Kei Maou
Suite de " Là où les rêves se meurent à petit feu"


░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░


Finalement, elle avait accédé à ma demande et avait pris ma main dans la sienne. Ce geste avait beau convenir totalement à une enfant comme Keiko, je me sentais tout de même très mal à l’aise.

Tout d’abord, cela faisait bien longtemps que nous avions évité tous contact avec les autres corps peuplant cette planète. Nous passions, jusqu’à présent, notre vie telles des ombres. Nous étions celle que l’on aperçoit sans vraiment voir. Nous nous arrangions pour ne jamais entrer en contact avec les gens plus que nécessaire et surtout nous partions avant que qui qu’onques ne s’habitue à nous.  Vous imaginez alors le saut entre notre vie ordinaire et notre arrivée dans un établissement comme celui-ci était immense. Je savais que nos habitudes allaient en être chamboulée, mais ce n’était à l’instant que j’en prenais la juste mesure.

De plus, la personne dont la chaleur douce rebondissait sur ma paume attisait chez moi un incroyable sentiment de méfiance. Je ne savais pas trop ce qui provoquait ceci en moi. Il est vrai que d’apparence, cette femme avait l’air parfaite, semblable à une poupée articulée. Elle était belle, à la limite d’une déesse et polie, presque trop parfois. Je ne la connaissais pas et pourtant elle me semblait déjà familière. Je pourrais vous donné la couleur de ses yeux (grisé, mais je n’avais jamais vu ça avant), la couleur de sa peur (pâle, laissant aux ombres toutes leur imaginations pour dessiner le contour de son corps) , son odeur ( douce et fleurie). Certain pourrait dire qu’elle est « Belle, mais sans plus ». Quant à moi je pouvais dire que, tout au long de mon périple, il m’avait rarement été donné de voir des femmes pareilles, celles capable de vous donner des complexes que vous n’aviez pas. Soit ! Passons ! Quoi que … Serait-ce le fait qu’elle me semble déjà familière qui mettait mon corps en alerte ? Plausible…

☁ «  Oh regard comme c’est beau et grand Kei ! » se réveilla la petite.

Je repris contact avec le monde pour observer mon environnement qui avait changer. J’avais à nouveau trop réfléchis. Me perdre dans mes pensées étaient mon occupation principale. Réfléchir, toujours… toujours plus. Malheureusement, ici, cette passion allait devoir se faire plus discrète, car j’allais devoir rester constamment en alerte. Ce qui avait impressionné Keiko était le réfectoire ? la cafète ? Je ne sais plus comment ils appellent ça.  Quoi qu’il en soit, c’était l’endroit, où se rejoignait les étudiants pour partager un repas en parlant. Cette salle était assez grande, trop à mon goût, car plus elle était grand, plus elle pouvait accueillir de monde. Pourtant, je comprenais la réaction de la petite. La salle bien que banale était assez sympathique, rien à voir avec les tavernes dans lesquels il nous était arrivé de manger.

Vint alors le moment de se rassasier. Est-ce que j’avais faim ? Pas tellement, mais mon estomac avait l’habitude de se remplir dès qu’il y avait de la nourriture à disposition. Celle-ci n’étant pas toujours simple à trouver, il ne fallait rien gaspiller !  Je me décidai à prendre une boisson froide qui, j’en étais sûre, plairai à Keiko. Je m’assis face à Setsuna, la table servant de barrière invisible entre nous.  

☁ «  Wouaaah ça à l’air bon ces trucs ! » s’impatientait le petit estomac sur patte.

☁ « Qui sait ce qu’elle a pu mettre dedans ! En plus, nous lui sommes déjà redevable pour la boisson, alors ne nous enlisons pas dans une trop grande redevance qu’elle pourrait utiliser contre nous.»

Je priais intérieurement pour qu’il ne vienne pas à l’idée de Keiko de reprendre possession du corps. C’est à cet instant que Setsuna fit un geste comme pour nous proposer les douceurs avant de prendre la parole et c’est ainsi que je sus que mes prières seraient vaines.

- D'où venez-vous, Keiko-san ? Vous avez l'air d'avoir fait un long voyage.

Ma tête retomba et, malgré toute ma volonté de lutter, je fus expulsée en arrière-plan.

☁ «Je t’en supplies, essai au moins un peu d’être polie et n’en raconte pas trop ! » pestai-je de ma place de spectatrice.

Et dire que quelques minutes avant elle avait fui, apeurée par un geste ou une phrase de l’inconnue. Cette enfant était vraiment incompréhensible. Ce qui m’inquiétais plus que ça c’était le fait qu’elle agissait sans prendre en compte les possibles conséquences.

Keiko releva doucement la tête, comme si rien ne s’était passé.

- Désolée, je pensais avoir perdu quelque chose. Je me permet, alors … Merci beaucoup , annonça-t-elle de sa voix la plus douce et innocente possible en s’emparant doucement d’un petit mets. Je ne sais plus trop d’où je suis partie… des USA si je ne me trompes ? Cela fait fort longtemps que je suis en route… Effectivement la route fut longue, car je ne connaissais pas bien le chemin pour venir ici. Et vous ? A vos manières, je pencherai plutôt pour l’Asie non ? ajouta-t-elle d’un petit air intéresser dont elle avait le secret, avant de prendre une bouchée du dango .

Je n’en revenais pas. Son sourire était parfait ! Son excuse tout autant, bien qu’un peu bizarre et sa phrase… Actuellement elle n’avait pas menti… juste raconter sa partie, ce dont elle se souvenait. C'était l'un de ces moments où je l'aimais autant que je la haïssais. Elle avait bien mérité de goûter à ces douceurs.


☁ «Keiko ! T’es une championne ma fille ! »

☁ «  De ? »

Bon… c’était une championne sans le vouloir apparemment… mais ce n’était pas le principal.
☁ Ceci représente les dialogues internes entre Kei et Keiko

Kei ◐ ◑ Keiko
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Feuille de personnage
Level: C+
Race de Monstre: Succube à louer
Karma:
100/200  (100/200)
Sexe : Féminin Messages : 36
Date de naissance : 09/05/1992
Date d'inscription : 11/12/2016
Age : 25
Humeur : Badine
Situation amoureuse : Ne mélangeons pas travail et plaisir ~
MessageSujet: Re: Et une bouchée pour Keiko, et une bouchée pour Kei, et une bouchée pour Setsuna, et une... Jeu 2 Fév - 2:13
Goutte de rosée
Qui tombe des étoiles
Fragment d'infini.

Encore une fois, la surveillante s'arrêta net. La coupure fut moins alarmante mais tout aussi frappante, la transformation beaucoup moins. Son sourire lui sembla un brin moins contraint mais sans doute Setsuna laissait-elle encore son imagination colorer la réalité. La geisha acquiesça solennellement à son excuse, marquant ainsi qu'elle avait bien entendu ses paroles à défaut de les accepter. Le protocole d'un premier repas indiquait très clairement que les confrontations devaient être évitées, quitte à feindre l'approbation si besoin était.

Son origine, en revanche, lui semblait bien plus plausible. Tout le monde savait que les Etats-Unis étaient un étrange pays où l'avidité et le matérialisme étaient rois - contrairement au Japon bien sûr, temple du respect et de la spiritualité. Du point de vue de Setsuna, s'il était une seule contrée qui pouvait justifier à défaut d'excuser la puérilité et l'imprévisibilité de ses autochtones, c'était bien celui ci. Comment auraient-ils pu apprendre la politesse et les bonnes manières alors qu'autour d'eux les gens s'entretuaient à coups de pistolets et que d'innombrables insultes étaient proférées dans tous les médias ?

Paradoxalement, cette origine ne fit qu'améliorer l'image qu'elle avait de Keiko. Tous ses défauts se trouvaient excusés et, si l'on considérait qu'elle n'était qu'une étrangère, elle ne s'en était pas si mal sortie. Avec un petit sourire, elle se pencha et poussa encore un peu plus l'assiette de dango en direction de la jeune femme : qu'elle savoure donc les friandises du pays, cela ne pourrait pas lui faire de mal.

"Je viens de Kinosaki, préfecture de Hyogo sur l'île d'Honshu qui est la plus grande île du Japon" expliqua-t-elle patiemment à son interlocutrice probablement inconsciente de la géographie du pays. "C'est une petite ville connue pour ses sources d'eau chaudes naturelles et ses bains. Je suis pour ainsi dire de la région."

Setsuna releva son bol de thé jusqu'à ses lèvres et le fit légérement tourner, savourant l'arôme qui s'en dégageait. Ceci lui donna l'excuse idéale pour laisser la jeune Keiko gober sa friandise. C'est avec un certain amusement que la geisha la regarda mastiquer avec difficulté la pâte de riz collante qui constituait la majeure partie du dango. Enfant, la vision des touristes essayant de décoller la boulette de leur palais en faisant des grimaces dignes de macaques la faisait énormément rire.

C'est donc avec une bonne humeur non feinte qu'elle reposa le thé sur la table et reprit le cours de la conversation. "Excusez-moi de vous poser la question, Keiko-san mais... votre nom n'est pas américain n'est-ce pas ?"
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Et une bouchée pour Keiko, et une bouchée pour Kei, et une bouchée pour Setsuna, et une... Dim 5 Fév - 15:15

~Et une bouchée pour Keiko~

~Et une bouchée pour Setsuna…~




Setsuna Matsumoto | Kei Maou
Suite de " Là où les rêves se meurent à petit feu"


░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░



Au vu du regard que la geisha nous lança, je m’aperçus qu’elle ne devait pas vraiment avoir saisis le changement que nous venions d’opérer. A moins que ce ne fut, à nouveau, un tour de magie pour gérer ses émotions et ici sa surprise. Malgré toute ma bonne volonté, je n’arrivais plus réellement à me concentrer sur notre interlocutrice, car j’étais submergée par les émotions de Keiko. Dans un sens, elle était remplie de joie et de plaisir dû au petit aliment qui fondait dans sa bouche, déclenchant à chaque bouchée une sensation différente sur ses papilles. D’un autre côté, tel un animal qui n’avait pas confiance elle se tenait en retrait, prête à bondir en cas d’attaque. Bien évidemment, si une attaque ou autre venait à être perçue, Keiko fuirait aussi tôt comme toujours. Mais ce n’était pas tout, bien que cette femme inspire de la peur à Keiko, celle-ci lui inspirait aussi de l’attachement. C’était à prévoir, étant donné que cette personne était la première avec laquelle nous avions une conversation de plus de deux mots, ainsi que la première depuis des années à s’intéresser à nous, à nous voir réellement si l’on peut dire. Il était donc naturelle, qu’une âme faible comme celle du mollusque s’y accroche tel une bouée dans un océan qui n’en finissait plus.    

- Je viens de Kinosaki, préfecture de Hyogo sur l'île d'Honshu qui est la plus grande île du Japon. C'est une petite ville connue pour ses sources d'eau chaudes naturelles et ses bains. Je suis pour ainsi dire de la région..

☁ «  Oh une japonaise ? » s’étonna la petite

☁ « Bah tu pensais qu’elle venait d’Afrique ? ou de Russie ? Tous ces codes sont totalement en adéquation avec l’Asie… »

Bien que nous ayons beaucoup voyagé, Keiko n’avait pas pris la peine de différencié les contrées que nous avions visitées. Elle était plus dans l’esthétique de l’endroit que dans ce qui en faisait les caractéristiques. Hormis ça, quelque chose m’avait perturbé dans sa phrase :

« Je suis pour ainsi dire de la région. ».

Cela voudrait-il dire que nous nous trouvions actuellement dans le fin fond de l’Asie ? J’avoue que Keiko m’avait tellement promenée partout que je ne savais même plus où nous étions. Sur le moment, j’en voulu à Keiko de m’avoir fait traversé terre et mer, alors que nous aurions pu aller directement au Japon. Enfin, peut-être n’avais-je pas tout à fait compris ce qu’elle avait voulu dire par là.

Keiko repris un dango tout en fixant la geisha. Je lui avais appris ça un jour : «Si tu veux que l’autre parle, fixe-le avec un air intéressé et normalement il continuera ». Je pense qu’elle attendait que Setsuna parle pour qu’elle puisse reprendre de la nourriture sans avoir besoin de parler la bouche pleine.  Son petit subterfuge fonctionna à merveille et la geisha reprit la parole :

« Excusez-moi de vous poser la question, Keiko-san mais... votre nom n'est pas américain n'est-ce pas ?. ».

Cette phrase sonna faux dans notre cerveau et eut le don de paniquer Keiko. Cette dernière écarquilla les yeux décontenancée.

☁ «  Kei… Pourquoi ce serait pas Américain Keiko ? Pourquoi ? Est-ce que notre origine ne collerait pas avec notre prénom ?
il est vrai que nos prénoms sonnent très peu américains, mais ...

Est-ce que ça voudrait dire que ….que…. »
paniqua l’enfant.

Soudain tout l’intérieur de notre corps nous donna l’impression de s’affaisser sous son propre poids. Un véritable tremblement de terre interne se déclencha. Je savais que Keiko était sensible à ce genre de question. Keiko n’avait jamais vraiment accepter le fait que nous soyons amnésiques. De plus, notre prénom fut la première chose qui lui appartint, la première chose qu’elle réalisa ne plus savoir. Elle l’avait choisi en gardant ce qui semblait être une marque de notre passé. Nous étions tel un programme beuger… et, d’après elle, au lieu de nous en sortir, nous nous rajoutions des beugs en imaginant avoir une vie normale. Elle était sûre que tout ce que nous avions construit et imaginé était semblable à un château de carte sans fondement. Actuellement, Setsuna venait d’ébranler tout le château de Keiko. Elle avait beau être une enfant piégée dans un corps d’adulte, quand on touchait à ses origines Keiko déraillait, même sans raison. J’y étais habituée et connaissant déjà la suite, je me préparai déjà, écartant mentalement les bras pour accueillir l'enfant.

☁ « Allez calmes toi, ma puce ! Nous sommes normales, nous sommes en vie, nous sommes ici, nous avons notre place dans ce monde. »

- D’après vous, tous les américains devraient s’appeler Kelly ou Shelby ?   dis-je avec un air amusé Vous n’aimez pas mon prénom ? Si c’est le cas, vous pouvez m’appeler comme bon vous semble, je ne vous en voudrais pas. Quant à moi, je trouve le vôtre très beau. A-t-il une signification spécifique ?

Plus le temps passait, plus j’avais du mal avec cette femme. Je devais à présent gérer une conversation de manière simple et courtoise, tout en calmant l’ouragan déclenché dans l’âme de Keiko et sans oublié gérer les maux de tête horrible que m’avait créé ses flashs du passé peu agréables. Merci Setsuna, vraiment n’hésiter pas … Bon dans un sens, ceci allait devenir notre quotidien, car rencontrer des gens impliquait le fait que ceux-ci nous poserons à coup sûr des questions sur nous… Quelle joie de venir dans cet établissement !



☁ Ceci représente les dialogues internes entre Kei et Keiko

Kei ◐ ◑ Keiko
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Feuille de personnage
Level: C+
Race de Monstre: Succube à louer
Karma:
100/200  (100/200)
Sexe : Féminin Messages : 36
Date de naissance : 09/05/1992
Date d'inscription : 11/12/2016
Age : 25
Humeur : Badine
Situation amoureuse : Ne mélangeons pas travail et plaisir ~
MessageSujet: Re: Et une bouchée pour Keiko, et une bouchée pour Kei, et une bouchée pour Setsuna, et une... Ven 24 Fév - 20:09
Sous le pas léger
Du promeneur égaré
Le gravier crisse.


Confuse, Setsuna l'était à un point difficilement imaginable.

La réaction pleine de surprise et d'affolement de Keiko n'avait pas pu lui échapper ; que la surveillante ait réussi à se reprendre aussi vite n'excusait nullement son erreur. Le devoir primordial d'une geisha était de mettre à l'aise son hôte par sa conversation, son art ou sa simple présence. Loin du badinage plaisant espéré, sa question n'avait réussi qu'à la mettre mal à l'aise et cela, c'était une inexcusable faute de courtoisie.

Et pourtant, elle ne pouvait se résoudre à s'excuser. Selon l'étiquette japonaise, un manquement aux règles pouvait être excusé tant qu'il n'était pas expressément signalé ; demander pardon à la jeune femme reviendrait à montrer que sa réaction avait été perçue et par conséquent que la politesse avait été mise à mal. Seule de la gêne en résulterait ; mieux valait donc continuer la discussion sans mot dire.

Par où se tourner ? Quel sujet choisir ? Vaste question. Désireuse de ne pas causer plus de problème, Setsuna se prépara à parler d'autre chose, laissant ainsi à Keiko le temps de se reprendre et de relancer la conversation par le biais d'une ou deux questions bien sentie.

"Une de mes amies proches porte ce prénom" se borna-t-elle à ajouter pour clore le sujet. Ainsi, il n'y aurait nul besoin de continuer sur cette pente glissante. "Quant à mon prénom, il signifie "l'Ephèmere" mais la beauté de sa sonorité suffit à elle-même." La succube s'autorisa à clore les yeux un court instant, laissant se figer en elle son ultime inspiration et son parfum de thé vert puis posa délicatement le bol sur son bord de la table.

"Avez-vous déjà eu la chance de fréquenter les onsen japonais ?" reprit-elle après une brève seconde de silence, suffisante pour ne pas donner l'impression de fuir le sujet mais pas assez longue pour que le silence devienne gênant. Ses yeux accrochèrent son regard, perles lisses aux reflets d'opale noire. Suivrait-elle le mouvement ? Sans rien en montrer, Setsuna se tenait à l'affût de la moindre de ses réactions. L'une de ses mains se détacha de la céramique de sa tasse de thé et vint délicatement se poser sur le dos d'une des siennes. Ton sur ton, blancheur de pétale de cerisier sur rose timidité ; elle profita de ce contact forfuit pour renforcer son aura et se rendre plus sympathique, compréhensive au détriment de la séduction pure et dure.

"Ce sont des endroits magnifiques d'où l'on ressort toujours détendu et serein. Le contact de l'eau chaude est un remède miraculeux contre le mal-être. Il semblerait que le directeur ait eu la sagesse de construire de tels bains dans l'enceinte de l'établissement. Cela vous intéresserait-il que je les fasse visiter un jour ?"
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Et une bouchée pour Keiko, et une bouchée pour Kei, et une bouchée pour Setsuna, et une...
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Un endroit pour réfléchir... Pas seule. | Pv Tempête Argentée | Libre pour les gens qui s'ennuient XD |
» Il faut travailler pour réussir sa vie, et même sa mort.
» Gondoriens de The-Alex
» Argentine: ouverture d'un nouveau procès pour crimes de guerre lors de la dicta
» SOS POUR NOUNOURS Border Collié (57) Sarrebourg

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Bâtiments Communs :: Dortoirs :: Réfectoire-
Sauter vers: