Lady Marmalade (Patti Labelle)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Feuille de personnage
Level: A
Race de Monstre:
Karma:
100/200  (100/200)
Messages : 16
Date d'inscription : 28/01/2017
MessageSujet: Lady Marmalade (Patti Labelle) Lun 13 Fév - 20:22
Raïda avait littéralement fait tout ce qu'elle avait pu pour évacuer sa frustration aujourd'hui. Nager en rond dans le lac de la roseraie pendant des heures, courir avec les membres du club d'athlétisme, déraciner des arbres à mains nues... et toutes sortes d'activités qui étaient normalement propres à changer les idées de n'importe qui et à évacuer une quantité non négligeable de stress. 
Et après être restée assise sur un banc au bord du lac de sang avec un chat errant installé sur ses genoux, elle décida qu'elle en avait assez de subir sa frustration sans parvenir à la gérer de manière convenable. Après tout, elle avait déjà appris tout ce qu'elle avait besoin de savoir en Grèce, elle était revenue à neuf, changée, calmée. Elle pensait qu'elle pourrait mener sa vie relativement tranquillement à présent qu'elle était devenue une adulte mature, disciplinée et responsable. Mais sa véritable nature la rattrapait beaucoup trop vite ces derniers temps. Pourquoi ? Pour la simple raison que fréquenter un endroit pareil, sans avoir l'autorisation d'en sortir à sa guise, entourée de yokais presque tous différents les uns des autres, tant en espèce qu'en origines, commençait à jouer sur ses relations sociales. 
Ainsi, elle se retrouvait trop souvent face à des mentalités trop occidentales pour accepter son exotisme, et des mentalités trop orientales pour accepter sa liberté de mœurs. Parfois même le contraire. Sans parler des monstres particuliers qui étaient le résultat d'une malédiction qu'ils vivaient mal, ou alors qui possédaient des pouvoirs trop étranges et à l'effet passif. Bref, beaucoup de choses se mettaient en travers de sa route, en plus du contexte purement étudiant, des règles strictes, et de la diversité. Elle avait bien quelques admirateurs, des amants et amantes réguliers, des amis avec lesquels s'amuser, mais à force de manger la même chose, on devient dingue et on lorgne sur le plat du jour d'un autre restaurant. 

Raïda se leva alors de son banc, faisant fuir le chat installé sur ses genoux qui s'en alla en râlant, puis elle plissa les yeux en contemplant la surface du lac. Ce lac terrifiant, inquiétant, dans lequel elle n'avait jamais osé nagé jusqu'à présent car... bah ça ressemblait quand même vachement à du sang. Dans le genre crade, ça donnait vraiment pas envie. Elle se demanda même à un moment donné, si les eaux n'avaient pas été ensorcelées ou quelque chose du genre, pour que quiconque pose les yeux dessus sois rebuté. 
Mais cette fois-ci, la samebito était justement en manque de sensations fortes, même si elles étaient désagréables à première vu, n'importe quoi ferait l'affaire. Après tout, elle apprécierait peut-être le côté flippant, comme devant un bon film d'horreur. 
C'est alors qu'un bruit attira son attention derrière elle et qu'elle se retourna. Il y avait là un petit couple qui semblait être venu ici en pensant avoir de l'intimité. Agacée, la femme requin les pointa du doigt et s'écria : 

"Hey ! Allez vous peloter ailleurs ! Moi j'me la met derrière l'oreille depuis une semaine, venez pas me mettre mal à l'aise !" 

Les intéressés se tournèrent en même temps en direction de Raïda, et les deux détournèrent immédiatement le regard avant de rougir et de balbutier. Le truc marrant, c'était que chacun d'eux avait eu une aventure d'un soir avec la samebito, mais qu'aucun d'eux de l'avouerait jamais à l'autre. Du coup, ils décidèrent de partir, un peu trop d'accord et un peu trop gênés l'un et l'autre pour ne pas paraître suspect. 
C'est alors que Raïda prit une profonde inspiration et défit les bretelles de sa salopette avant de plonger dans l'eau. En espérant que c'était bel et bien de l'eau. 

Et en effet, c'était bel et bien de l'eau, sauf qu'elle avait la couleur du sang. Rien de bien méchant donc, à posteriori tout du moins, car ça restait quand même flippant. Et même si le fait de nager dans des eaux inconnues la détendait, il fallait bien dire que la femme requin ressentait un immense vide autour d'elle. Pas de vie aquatique en vue. Pas de plantes ni même de petits animaux. Elle gagna alors davantage les profondeurs, jusqu'à se retrouver sur le fond du lac visiblement artificiel. Puis quelque chose attira son attention. 
Soudain, les yeux de Raïda passèrent d'un orange un peu maladif, à un jaune vif et lumineux, littéralement de la couleur de l'or. Entant qu'habituer des grands fonds, elle savait reconnaître ce qui avait de la valeur. 
Elle sortit alors son smartphone spécialement conçu pour résister aux grandes pressions subaquatiques et, captant étrangement bien sa 4G dans un endroit pareil, elle consultât l'actuel cours du prix au gramme d'or fin. Puis, elle se dépêcha d'envoyer un mail à une certaine personne rencontrée au hasard de ses promenades solitaires. 


[To : Setsuna Matsumoto]
[From : Raïda Daïnami] 
Text : "Salut, tu te souviens de moi ? Tu te rappelles quand je t'ai demandé combien tu demanderais pour t'occuper de moi, genre, pour rigoler ?
Tu m'as pas répondu, du coup ça me trotte dans la tête. Alors, sans déconner, combien ? 
Et, ça n'a rien à voir mais, t'es chez toi en ce moment ? =DDD <3" 

La samebito envoya rapidement le mail attrapa bien plus que ce dont elle avait besoin avant de remonter tout doucement vers la surface, ses yeux brillant toujours comme deux grandes pièces d'or alors qu'elle planifiait déjà la suite de sa journée qui s'annonçait pourtant bien morne avant qu'elle ne découvre l'occasion idéale de l'embellir fortement. 

Et après avoir rejoint le banc qu'elle avait quitté un peu plus tôt, ayant pris soin de se sécher au soleil avant d'enfiler de nouveau sa salopette, elle rangea son lourd trésor dans ses poches en espérant ne pas les déchirer, puis se dirigea vers les dortoirs avec entrain, paraissant de bonne humeur. Une bonne humeur que d'aucun, connaissant la demoiselle, aurait qualifiée de suspecte. Mais elle n'en avait cure. 
D'ailleurs, comme si le timing avait magiquement choisi d'être de son côté en ce milieu d'après-midi, elle reçu une réponse à son mail en arrivant au niveau des dortoirs ouest. Elle hésita un bref instant entre soupirer et pouffer de rire, puis se décida finalement à étirer un large sourire carnassier qui se refléta dans l'écran de son smartphone dont l'écran repassa en veille. 

"Deux fois le prix... Téhéhé... petite joueuse." souffla-t-elle avant de se diriger vers la porte de la chambre de sa victime désignée.  

Elle s'arrêta alors un instant pour vérifier qu'elle n'était pas débraillée, voir si elle était suffisamment présentable pour crâner un petit peu sans pour autant avoir l'air ridicule à cause d'un détail.
Elle frappa donc à la porte, marquant son petit rythme habituel, comme pour se signaler, comme un leitmotiv annonciateur du personnage principal de l'histoire. 
Elle attendit donc de voir la succube lui ouvrir la porte avant de la gratifier d'un large sourire des plus chaleureux. 

"Bonjouuuur, Setsuna-chan ! ♪ Tu te souviens quand je te disais que j'avais pas de lingots d'or ?" Elle sortit justement un lingot d'or de la poche de sa salopette et le fit tourner entre ses doigts. "Bah ça vient juste de changer. Tu me tiens ça ? C'est un peu lourd." ajouta-t-elle, chafouine, en posant l'or entre les mains de l'autre demoiselle. 

Puis, prenant ses aises, sans gène, elle s'invita dans la chambre de Setsuna en respirant la bonne odeur de propre et d'encens typiquement japonais. 


"Désolée de venir déranger. ♪" chantonna-t-elle dans une formulation polie typique. 

A peine avait-elle fait un pas dans les appartements de la succube qu'elle se sentait déjà redevenir pleinement japonaise. Il fallait dire que toutes ces années en Grèce l'avait méchamment éloignée de tout ça, et un peu de fraîcheur ne lui ferait pas de mal non-plus. 

"Bon, on boit quelque chose ? T'as de la musique ? Des trucs à grignoter ?" demanda-t-elle en cherchant déjà du regard un endroit où s'installer.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Feuille de personnage
Level: C+
Race de Monstre: Succube à louer
Karma:
100/200  (100/200)
Sexe : Féminin Messages : 37
Date de naissance : 09/05/1992
Date d'inscription : 11/12/2016
Age : 25
Humeur : Badine
Situation amoureuse : Ne mélangeons pas travail et plaisir ~
MessageSujet: Re: Lady Marmalade (Patti Labelle) Mer 15 Fév - 19:20
Le pétale choit
Mouvement si délicat
Imperceptible.


Raida devant sa porte.
De l'or dans sa main.

Le cerveau de Setsuna se prit aucune part dans sa réaction immédiate, laissant ses réflexes d'onsen-geisha gérer la situation. Ses doigts se refermèrent autour du maigre lingot d'or, ses jambes se mirent en branle de façon à libérer le passage, son buste s'inclina légérement en signe de bienvenue. Bienvenue envers Raida. Elle avait du mal à saisir.

La dernière fois qu'elle avait vu la samebito, celle-ci lui avait bien fait saisir que réclamer de l'argent contre ce qu'elle appelait "une partie de jambes en l'air" était offensant. Setsuna, bien qu'elle refuse de l'admettre, avait été heurtée par sa façon de voir les choses - raison pour laquelle elle s'était possiblement montrée un peu séche sur la fin. Et aujourd'hui, Raida venait frapper à sa porte et lui offrait de l'or...

Sourcils froncés, elle contempla un instant l'éclat doré du métal dans sa main. Que faire ? Accepter ? C'était de l'or, de l'argent de la plus pure espèce et qui plus est, probablement de quoi s'offrir plusieurs fois ses services. Refuser ? Comme elle l'avait dit auparavant, rien au monde ne pouvait acheter Setsuna si elle n'était pas prête à offrir ses services...

C'est cette pensée qui la poussa à glisser le lingot dans l'emmanchure de son kimono. Lorsque Raida lui avait demandé son prix, elle avait réagi par instinct en lui envoyant un tarif double de ce qu'elle pratiquait d'ordinaire. Aucune réflexion : Setsuna ne doutait aucunement de pouvoir subvenir aux besoins physiques et sensuels de la jeune samebito si besoin, le tarif élevé n'étant que sa façon de lui tenir la dragée haute. En fixant un tarif, elle avait implicitement accepté l'hypothèse d'une relation. Refuser maintenant d'assumer son choix serait très gênant voire honteux.

"Ravie de vous revoir, irrésistible maitresse" la salua-t-elle d'un ton serein, tout en accentuant légérement le mot "irrésistible". Elle gardait souvenir d'une Raida agacée, lui assenant qu'elle n'avait en aucun cas besoin de payer pour ce genre de chose, irrésistible comme elle était. La jeune femme ne percevrait sans doute pas le sarcasme mais cela soulageait Setsuna de s'exprimer de cette façon voilée.

Une fois encore elle s'inclina devant elle à la façon japonaise, restant un peu plus longtemps courbée pour montrer son acceptation de la situation. Regard rivé sur elle malgré sa posture d'humilité, elle attendit son signal pour se redresser avec grâce.

"Installez-vous sur le futon, Raida-san" lui proposa-t-elle en lui désignant d'une main blanche la couche au fond de la pièce. "A coté de vous, vous trouverez un poste de musique et quelques disques. Je vous laisse le soin de choisir une musique adaptée à notre rencontre."

Avec une geste d'excuse, elle se détourna vers le minuscule coin kitchenette installée dans la pièce. Quelques secondes de réflexion devant le petit frigo lui suffirent pour se décider à sortir du compartiment quelques canettes de soda et l'assortiment de sushi prévu pour le passage futur d'un autre client. Elle déposa ceci sur la table basse à proximité de Raida et y ajouta une petite carafe de saké tiéde. Tout en s'agenouillant de l'autre coté du meuble, elle posa sur la table verre à soda et à saké. "Que puis-je faire de plus pour vous, Raida-san ?" demanda-t-elle, image vivante de la parfaite hoteuse désireuse de plaire à son invitée.
Revenir en haut Aller en bas

Feuille de personnage
Level: A
Race de Monstre:
Karma:
100/200  (100/200)
Messages : 16
Date d'inscription : 28/01/2017
MessageSujet: Re: Lady Marmalade (Patti Labelle) Mer 15 Fév - 20:11
Raïda continuait d'observer les lieux, comme pour les imprimer dans sa mémoire, prendre connaissance de l'environnement dans lequel elle allait évoluer pendant un temps indéterminé. Et surtout, bien analyser l'endroit dans lequel elle allait possiblement passer des moments extrêmement fun. En amour comme à la guerre, disait le diction, et à la guerre, l'avantage principal était de bien connaitre le champ de bataille. Elle avait donc imprimé ce réflexe depuis quelques temps déjà, comme bien d'autres. Cependant, elle ne put réprimer un petit rire amusé. 

"Haha, irrésistible maîtresse !" répéta-t-elle en s'asseyant sur le futon, sa mémoire de poisson rouge ne lui permettant pas de se rappeler qu'elle s'était elle même qualifiée ainsi. "C'est un surnom que j'ai jamais entendu ça, mais je juge pas les kinks de chacun." taquina-t-elle. 

Elle se pencha alors discrètement sur la collection de disques de musiques et renifla en direction du futon. Elle avait un bon odorat, même en dehors de l'eau, cependant, elle ne sentait rien de particulier. L'odeur corporelle de Setsuna, un peu lointaine cependant. Elle prenait bien trop soin de ses affaires pour qu'il y ai une quelconque trace détectable de la moindre odeur un peu honteuse. Quelle déception. Pénétrer dans la chambre de quelqu'un, c'est pénétrer son intimité, voir comment les choses sont fait dans sa vie, dans l'endroit où il est sensément le plus vulnérable car il s'autorise à l'être. Mais ces lieux n'avaient que peu de personnalité, si ce n'était leur côté très japonais traditionnel. Cependant, il y avaient une autre odeur, un peu moins présente que celle de la succube, mais présente tout de même. La samebito haussa les épaules, ça ne l’intéressait pas.
Cependant, ce qu'elle avait sous ses yeux jaunes vifs intriguait sincèrement... de l'enka. Beaucoup d'enka. Beaucoup trop pour une chambre de jeune femme. 

"He ben... ça rigole pas des masses chez toi." commenta-t-elle a voix haute. "Mais ça, j'aime bien." décida-t-elle finalement en optant pour une compilation de musiques printanières un peu moderne et discrètes. "Hey, tu as un bon son. Je devrais changer mon vieux poste radio maintenant que j'y pense." 

Puis la femme requin s'étira et s'autorisa à s'avachir un peu plus sur le futon. Ce qui était un soulagement après tous les exercices qu'elle avait fait. Elle ne regrettait vraiment pas d'être venu pour le coup, elle se sentait bien ici, en fait. Même si les lieux ressemblaient plus à un établissement impersonnel plutôt qu'à la chambre d'une amie. Sans doute que tout cet ordre, cet discipline d'architecture intérieur apaisait son esprit. Après tout, elle était japonaise du pure souche. Elle cligna doucement des yeux et soupira de soulagement en reposant son dos contre le meuble en bois près du futon. Puis elle suivit la geisha du regard et se lécha les lèvres en voyant ce qu'elle posait sur la petite table basse. 


"Wahou... tu sais déjà comment me faire plaisir !" s'exclama-t-elle avec enthousiasme en se servant du saké. "Mais je t'en prie, détend-toi, j'ai l'impression de parler à un photomaton." déclara-t-elle, légère, tout en gobant un sushi au saumon, soupirant de délice. "Oh putain, ça fait trop longtemps que j'en ai pas mangé !" 

Elle vida sa coupe de saké d'une seule gorgée et goba un autre sushi, au thon rouge cette fois-ci. Vous savez, c'était un de ces moments où l'on se rend compte que l'on avait très faim au moment où l'on commence à manger. Elle vida une deuxième de coupe de saké puis ralenti enfin quelques peu. 

"Aaahhhh...! Setsuna-chan t'es la meilleure...!" souffla-t-elle comme un salaryman de quarante ans soupir après une bonne bière en sortant du bain. "Encore un peu et je te demanderais en mariage." plaisanta-t-elle en tenant sa coupe d'alcool, contemplant ses reflets tandis que quelques paillettes roses teintaient ses yeux. 

Elle porta ensuite doucement son regard sur la succube, laissant passer un long moment de silence, appréciant la détente apaisante apporté par le confort du futon, la délicieuse nourriture, et le doux effet de l'alcool. A ce moment précis, telle une balance qui trouve son juste équilibre malgré une charge importante, elle se sentait... bien. Cependant, la geisha ressemblait toujours davantage à une machine faite de phrases pré enregistrée qu'à une vraie personne. Mais c'était légitime, se disait la femme requin. Après tout, elle n'avait certainement pas envie de se voir obligée de faire des trucs avec elle. C'est vrai qu'elle l'agaçait. Et puis Raïda l'avait presque piégé avec le coup de lui demander ses tarifs. Mais elle était également très fairplay. Sans la finir, elle reposa sa coupe de saké sur la table et s'étira de nouveau avant de poser son menton au creux de sa main, coude appuyé sur sa cuisse, assise en tailleur. Elle avait un petit sourire apaisé sur les lèvres, et le jaune vif et le rose de ses yeux semblaient avoir trouvé un agréable équilibre. 


"Je suis pas venue pour du sexe, si c'est ce qui te rend nerveuse." mentit-elle à moitié. 

Évidemment que l'idée lui était passée par la tête. Mais elle cherchait avant tout à se sentir bien. Et elle savait qu'elle se sentirait mal de faire faire des trucs à Setsuna si c'était à contre-cour. Après tout, faire ce genre de choses pour l'argent lui donnait des frissons d'angoisse, elle n'allait certainement pas s'adonner à la pratique. Elle préférait considérer qu'elle était une invité, dans la chambre de son amie, et qu'en bonne hôte, elle n'était pas venu les mains vide. 
La charmante demoiselle pleine d'illusions n'était cependant pas complètement stupide et savait qu'elle allait devoir composer, et tenter de retirer le balais qu'un des clients de la succube avait dû oublier entre ses fesses. Elle eut un sourire un peu amusé à cette pensée et goba un maki à l'avocat qu'elle mâchouilla brièvement.

"En parlant de makis..." fit-elle à voix haute après avoir avalé. "Notre gluant ami est plutôt enthousiaste quand on joue tous les deux. On s'entend bien." elle plongea son regard dans celui de la succube. "Du coup, je pense qu'on devrait s'entendre très bien toute les deux." conclut-elle avant de gober un nouveau sushi au saumon.
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Single Lady - Timberlake Parody
» The Lady
» LADY MASTERMIND ♠ Whatever Gets The Job Done [Fiche Terminée]
» Lady canichette Toy 12 ans (14) verson
» presentation lady voldemort

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Bâtiments Communs :: Dortoirs :: Aile Ouest-
Sauter vers: