Ce forum est verrouillé, vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.
Raven Niniaka
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar

Feuille de personnage
Level: B
Race de Monstre: Louve-garou
Karma:
95/200  (95/200)
Féminin Messages : 198
Date de naissance : 05/01/1994
Date d'inscription : 19/10/2016
Age : 23
Humeur : Mélancolique
Situation amoureuse : Comment ?
MessageSujet: Raven Niniaka Lun 24 Oct - 21:53

Raven Niniaka


† Nom(s)
► Niniaka. Avant, c'était son deuxième prénom. Aujourd'hui, c'est la seule chose qui reste de son ancienne identité. Son vrai prénom, Bolyzet, elle l'a banni. Il ne reste que Niniaka, le prénom que personne n'avait le droit de dire, à l'exception de son cousin, Alaric.

†  Prénoms(s)
► Raven. Envie de changement, de nouveau départ. Besoin de trouver sa propre identité. Son nom de famille, Somawi, oublié. Elle ne le prononcera plus tant qu'elle n'aura pas retrouvé sa famille. Et ce prénom, Raven. Corbeau. Il est loin d'être chosi au hasard.

†  Âge
► 21 ans

† Sexe
► Femme, enfin, ça ne se voit pas ?!

† Race
► Louve-garou. Un monstre en elle. Quelque chose qui n'a rien à voir avec son apparence humaine, si frêle et fragile. Le loup est un corps étranger que Raven peine à accepter.

† Origines & Nationalité
► Japon

† Orientation Sexuelle
► Aucune importance

† Situation amoureuse
► Comment ?

† Ancien du Lycée Yôkai
► Oui

† Statut
► Etudiante

† Objectif(s)
► Maîtriser le loup, le comprendre, une bonne fois pour toutes. Et retrouver sa famille, ce qui se résume à son père et son cousin

† Alignement
► Neutre, mais elle a tendance à en vouloir aux humains pour à peu près tout. Et pourtant elle les envie tellement, car ils sont si normaux. Au lycée Yokai, elle était étrangement fascinée par l'Antithèse

Autres
► Raven = Boly


Les yeux revolver


Grande, extrêmement mince, la peau blanche comme un cachet d'aspirine. Voilà Raven. La jeune femme semble avoir retrouvé la féminité qu'elle avait, à un moment donné, perdue. Raven n'est pas non plus du genre à s'habiller en robe et en talons hauts. Il y a même peu de chance de la voir vêtue ainsi, d'ailleurs. Même pour le bal de Noël. Elle s'habille de manière assez simple, t-shirt et jean. La plupart du temps c'est même le t-shirt qui détermine son état d'esprit. Si c'est un débardeur plutôt joli, c'est que Raven est de bonne humeur (par là, j'entends qu'elle pourra éventuellement vous dire bonjour, ne croyez pas qu'elle tiendra la conversation pendant des heures). En revanche, si son jean est arboré d'un vieux t-shirt noir ayant certainement appartenu à Alaric, son cousin, ou si c'est un vieux top de couleur démodée, alors vous aurez peu de chance de croiser Raven. Quoi qu'il en soit, la plupart de ses vêtements sont trop grands pour elle. La jeune femme est un vrai yo-yo, et elle connaît de sombres périodes pendant lesquelles elle refuse de s'alimenter et fait face à des crises d'anorexie.
Son visage est fin, ses jours sont creusées. Son attitude évoque la mélancolie, mais ses yeux félins trahissent toutes ses émotions. Et ce depuis toujours. Ce qui fait que Raven est incapable de mentir, du moins à ceux qui la connaissent bien. Ses longs cheveux noirs tombent sur ses épaules puis dans son dos, ils volent librement dans les airs la plupart du temps, et parfois ils sont attachés.
Raven n'est pas du genre girly, alors on verra rarement un collier autour de son cou un un bracelet accroché à son poignet. Ses ongles sont beaux mais jamais manucurés.



Louve-garou


Raven est rarement prête pour une transformation. Elle ne fait pas attention aux pleines lunes et est beaucoup trop faible pour avoir une quelconque maîtrise de cela. Elle a toujours du mal à accepter ce qu'elle est. Seulement, son envie de combattre les humains la forcera à être plus concentrée.
Lorsque Raven se transforme en louve, un monstrueux corps animal prend la place de sa fine apparence humaine. Son pelage est gris, très foncé, ses crocs sont dangereux et ses griffes font de sacrés dégâts. Ses yeux sont tout ce qui ne change pas. Verts, gris ou bleus, globuleux et intenses.
Raven ne maîtrise pas du tout le loup qui sommeille en elle. On pourrait même dire qu'elle le déteste. Lorsqu’elle se transforme, elle devient dévastatrice. Le fait d’avoir vécu sauvagement dans la forêt pendant un an n’a pas du tout arrangé la chose. Le loup est tellement fou et énergique que lorsque Raven reprend sa forme humaine, elle est exténuée, et bien souvent perdue.
Oh, le loup n’est pas du tout le monstre le plus fort du monde, pour autant. Un vampire peut l'éliminer très facilement, mais jusqu'à présent elle s'en sort plutôt bien, sans doute par chance. Seulement, n’étant pas maîtresse d’elle-même, on ne sait pas de quoi est capable de loup. A ses propres risques et périls.
Le loup n’a donc pas de pouvoir en particulier. Il a bien la force et la vitesse de tous les loups-garous. Son efficacité varie de l’état dans lequel elle se trouve.

†Points faibles ► Raven ne sait pas du tout se contrôler. On dirait qu'elle est folle, lorsqu'elle se transforme. Elle est sauvage et ne sait pas se défendre. Elle n'a aucune notion de sécurité ou de danger. En plus, elle ne sait pas nager. Et son esprit d'aventurière refoulée fait d'elle un animal, même sous sa forme humaine. Mais seulement psychologiquement. Niveau physique, à part cette force remarquable quand elle est transformée, la jeune femme n'a pas d'autre capacité particulière. De plus, sous sa forme humaine, elle est incapable de se défendre, car elle manque cruellement d'entraînement et d'exercice. Son avantage, dans ce cas : elle court très vite.

†Points forts ► Sous sa forme animale, Raven a de la force, c'est le moins qu'on puisse dire. Et on peut aussi dire qu'elle n'a pas peur de grand chose. Elle fonce dans le tas, n'ayant qu'une pensée en tête : venger les siens (un comportement qui n'a pas que des avantages, vu sa force physique peu présente). Enfin, ayant vécu pendant plus d'un an dans la nature, telle un animal, Raven connaît tout de la vie sauvage, elle sait plus ou moins communiquer avec les animaux et sait comment ne pas mourir si toutefois elle se retrouve perdue en forêt...


My enemy is myself


Pudique mais égocentrique, fonceuse mais faible, aimable mais fermée.
Raven est une succession de contradictions. Après chaque affirmation concernant sa personnalité, on pourrait dire : "oui, mais..." Elle est difficile à cerner et en même temps elle n'est pas vraiment capable de cacher ses émotions. C'est une fille assez mal dans sa peau, secrète, qui ne dévoile rien de son passé. Elle estime que ce n'est pas la peine de raconter sa vie car cela signifierait qu'il faudrait parler des humains, avec qui elle a grandi. Les humains ne méritent pas qu'on s'attarde à leur sujet. Elle les déteste et les envie en même temps.
Raven a beaucoup de mal à accepter sa vraie nature. Penser au loup lui donne envie de vomir, au sens propre comme au sens figuré.Elle sait qu'il y a un monstre, quelque part, qui est très menaçant et qui n'en fait qu'à sa tête.
Néanmoins, elle ne compte pas se laisser faire. Cette détermination a toujours animé la jeune femme : dans son enfance, elle voulait être au centre du monde, enfin surtout au centre de l'attention de son père, Jutylo, et de son cousin, Alaric. Et ils le lui rendaient bien. Sauf qu'à son arrivée au lycée Yokai, Raven avait gardé cet égoïsme et il est probable que cela n'ait pas plu à  tout le monde. En fait, elle attendait souvent que tout lui tombe dans les bras sans rien faire. Ce caractère presque hautain révèle une enfance gâtée par son père et une adolescence passée seule, méprisée par sa belle-mère.
Raven paraît être une personne désagréable et avec qui ont ne voudrait pas devenir ami. On va dire que gagner sa confiance, c'est difficile. Mais c'est possible. A condition de parvenir quasiment à la cerner soi-même et à la mettre devant le fait accompli.
Après cela, Raven devient une fille attachante, un peu souriante. Elle devient très attentive à ce qu'on lui raconte, chose impossible si elle ne vous considère pas comme quelqu'un d'important. Si elle vous apprécie, elle s'inquiétera pour vous, s'assurera de votre bien-être. Mais oubliez les accolades et autres actes de tendresse. Raven est une personne très pudique, d'où son style vestimentaire très peu remarquable.
À l'université Shinsei, Raven est toujours la même, elle a simplement changé de nom. Elle est toujours perdue entre son envie de ressembler aux humains, et celle de leur fracasser la figure. Surtout qu'elle ne le sait pas encore, mais son père et son cousin ont eux-mêmes été tués par des humains.

† Matières Favorites ► Le sport : elle oublie les pensées négatives qui envahissent son esprit, même si ses conditions physiques sont loin d'être optimales. Maîtrise des pouvoirs : au-delà de la matière, maîtriser ses pouvoirs est un réel objectif pour elle. Culture humaine : pour comprendre ce qui a bien pu pousser Jenny et Keylana à être aussi détestables.

† Matières Détestées ► Les mathématiques : Raven n'est pas une personne très logique. Informatique : elle n'est pas non plus du genre connectée. Philosophie : chaque cours de philosophie donne la frousse à Raven. Elle en sort avec l'esprit tourmenté et les mains tremblantes.


Histoire



FLASK BACK -> 2011. Au moment où Raven arrive au lycée Yokai, elle s'appelait Bolyzet.


Elle se réveille, ouvre doucement les yeux, fixe longuement le plafond. Le temps de se rappeler où elle est. Chez son père. Elle n'y sera pas restée très longtemps. Une journée seulement. La veille, elle était encore chez sa belle-mère, Jenny. Et elle cohabitait aussi avec sa demi-sœur.
Aujourd'hui, elle a 17 ans, et c'est le départ pour le lycée Yokai. Qu'est-ce qui l'attend là-bas? Bolyzet ne veut pas y penser, pour l'instant. Son réveil n'a pas encore sonné, il est encore temps de se reposer. Elle ramène la couverture jusqu'à son cou et se tourne sur le côté. Elle balaye la pièce du regard. C'est la chambre d'ami de l'appartement de son père. Dans cette chambre, il y a quelques tasses en porcelaine disposées sur un meuble. Ces tasses lui rappellent sa belle-mère.

***

Le café de Jenny
Jenny buvait tout le temps du café. Et à chaque fois qu'elle en prenait une gorgée, elle faisait une espèce de grimace, comme si sa boisson était à vomir. Bizarre. Jenny était bizarre. En fait, elle détestait Bolyzet, et elle détestait aussi son père, avec qui elle était sortie pendant quelques années. La seule personne qu'elle aimait, c'était Keylana, sa fille.
La relation entre Jenny et Jutylo n'avait pas duré très longtemps. Parce qu'un jour, Jenny, qui était une humaine, découvra que Jutylo n'était pas un humain, lui... "Ça va pas la tête. Pourquoi tu ne m'as jamais rien dit ? Dégage de là. Je ne veux pas que tu fasses de mal à Keylana !" Jenny avait balancé ces phrases à Jutylo en le poussant à l'extérieur de la maison. "Jenny, il y a Boly, aussi..." avait alors répondu Jutylo.
Et oui. Tel père telle fille. Jenny avait alors compris que sa belle-fille était un loup-garou, elle aussi. Ce dernier n'avait d'yeux que pour sa fille et Jenny en était bien consciente. Elle avait décidé de jouer sur ce tableau. "Tu te souviens, l'argent que je t'ai prêté quand tu es arrivé dans la ville, Jutylo ? Rends-moi cet argent et je te rends ta fille." Jenny avait alors claqué la porte de la maison. Et pour se protéger, elle avait caché des armes dans toute la maison. A chaque instant, elle était prête à dégainer un fusil ou une arme blanche pour empêcher (ou du moins, essayer d'empêcher) un loup-garou de pénétrer dans la maison. Mais elle n'avait jamais dû faire cela. Parce que depuis ce jour, Jutylo n'était jamais revenu à la maison.
Alors Jenny passait son temps à boire son café et à gâter Keylana. Bolyzet était la plupart du temps punie dans sa chambre. Sa belle-mère préférait la savoir à l'étage : elle ne le montrait pas, mais elle redoutait le jour où la brune se transformerait pour la première fois. Et elle espérait toujours que Jutylo reviendrait avec l'argent qu'elle lui avait demandé.

***

Le café. Cette boisson que Bolyzet déteste.
La jeune femme se redresse et s'installe en tailleur sur son lit. L'air ici est tellement plus agréable que chez Jenny. Ici, elle se sent en sécurité. Dommage qu'elle n'est que de passage dans ce charmant appartement. A quoi ressemblera sa chambre, au lycée Yokai ? La demoiselle est calme. Elle n'a pas encore eu le temps d'assimiler toutes les informations que son père lui a révélé. Elle pense que le lycée Yokai est juste une appellation. Qu'elle va dans un lycée normal. Les loups-garous, les monstres, ce sont des légendes. Et Bolyzet ne se souvient jamais de ses transformations. Comment croire quelque chose qu'on pense ne pas avoir vécu ?
Le dos appuyé contre le mur, elle continue d'observer la pièce. Aux fenêtres, il y a des rideaux en dentelle. Ce tissus élégant et surtout avec beaucoup de fioritures. Il lui rappelle les envies de luxe de sa demi-sœur.

***

Les caprices de Keylana
A l'époque où Jutylo n'était pas encore parti, il y avait quatre personnes dans la maison. D'un côté, Bolyzet et son père. De l'autre, Jenny et sa fille Keylana. La seule chose qui liait ces quatre personnes, c'était l'amour qui unissait Jutylo et Jenny. Au début, c'était très fusionnel. Mais le moins qu'on puisse dire, c'est qu'en dehors de cet amour, ça puait la haine dans cette maison. Jenny n'appréciait pas particulièrement Bolyzet, et cette dernière ne supportait pas sa demi-sœur, Keylana. Keylana était un peu plus jeune qu'elle. Mais tout le monde croyait que c'était l'inverse. Parce que Keylana avait tout d'une grande : elle faisait tout comme sa mère. A partir d'un certain âge, elle en faisait d'ailleurs beaucoup trop. Ses vêtement, son maquillage, son comportement... Non, décidément, les deux filles n'avaient rien en commun. Mais en plus, après le départ de Jutylo, Jenny avait tout raconté à Keylana et celle-ci se mettait aussi à mépriser Bolyzet. Quand elle s'est transformée pour la première fois, elle était seule, seule pour comprendre ce qui venait de lui arriver. Comme son père était parti, personne n'était en mesure de lui expliquer qu'un jour, un monstre prendrait la place de son corps. Et aussi de son esprit. Le lendemain, Keylana était entrée dans sa chambre, un espèce de sourire vicieux aux lèvres. Elle était entrée et elle avait regardé la chambre, les tapisseries dévastées par des coups de griffes, les meubles renversés, les oreillers déchirés. Et Boly était là, assise sur son lit, observant le massacre.
"Salut, vieux chien. Tu t'es regardée ? Tu es maigre comme un cure-dent. Et franchement, ça pue le chien mouillé ici. Tu pourrais au moins aérer. Espèce de monstre. Je ne sais pas si on va te virer ou t'égorger, mais en tous cas on ne va pas te laisser ici. On ne veut pas d'une bestiole aussi affreuse que toi ici. Alors un conseil, prépare tes valises."
Keylana avait ensuite tourné les yeux vers le centre de la pièce. Elle avait ensuite lâché un rire insupportable.
"Bah non. Tout est cassé, tu n'as plus rien à mettre dans ta valise. Enfin, on s'en fout."
Et puis elle était sortie et elle avait claqué la porte.

***

Bolyzet n'a qu'une envie : déchirer ces rideaux en dentelle qui lui donnent envie de dégobiller. Elle déteste Keylana, elle ne comprend pas pourquoi sa demi-sœur lui en veut autant. Ce jour où elle l'a insulté de vieux chien est très flou pour elle. En fait, elle ne croit toujours pas qu'elle a massacré sa chambre elle-même. Elle est persuadée que c'est un coup monté par Jenny. Juste pour la virer de la maison.
Dans la chambre, il y a aussi une odeur de lavande. Bolyzet ferme les yeux et prend une grande inspiration. Le parfum fleuri embaume tout son corps. Elle est apaisée. Elle ouvre les yeux, et ceux-ci tombent sur un cadre, à l'autre bout de la chambre. Elle se lève et marche doucement vers ce cadre. Et plus elle avance, plus elle reconnaît un jeune homme sur la photo. Instinctivement, elle sourit.

***

Les yeux d'Alaric
Quand Jutylo est parti de la maison, il n'est pas parti seul. Alaric aussi avait disparu. Il était pourtant si attaché à elle. Souvent, il toquait à la porte, il venait chercher sa cousine, puis ils partaient ensemble pendant toute la journée. Alaric était un peu plus vieux que Bolyzet. Il avait tendance à l'emmener dans tous ses coups foireux, ils allaient embêter les voisins, les gens des autres quartiers. Ils riaient tellement. Tous les deux, ils étaient si proches. Tellement que parfois, la fillette regrettait qu'ils étaient cousins. Et aussi, Alaric la protégeait. Il était certain que personne ne venait jamais l'embêter. Si c'était déjà arrivé une ou deux fois, les coupables n'avaient en tous cas jamais recommencé.
Quand Bolyzet a eu 10 ans, Jutylo avait organisé un anniversaire surprise à la maison. C'était la veille de son départ. Il avait invité quelques membres de la famille, mais la fillette s'en fichait tant qu'il y avait Alaric.
"Tu as 10 ans... Tu grandis", avait dit Alaric en regardant sa cousine dans les yeux. La petite était tellement contente de grandir. Mais Alaric, lui, ne semblait pas aussi heureux.
"On dirait que ça ne te fait pas plaisir", avait répondu la jeune fille.
Alaric esquissa un léger sourire. Il ouvra la bouche comme s'il voulait dire quelque chose, mais il la referma immédiatement et tourna la tête vers la salle à manger.
"Je crois que le repas est servi. Tu viens?"
C'était la première fois qu'Alaric était aussi énigmatique. Et c'était aussi la dernière, puisque le lendemain, les deux hommes de sa vie avaient disparu.

***

Il y a quelques larmes au bord des yeux de la jeune femme. Le jour de ses 10 ans, c'était il y a 7 ans déjà. Bolyzet regarde la photo avec attention et essaie d'imaginer à quoi ressemble Alaric aujourd'hui. Il aurait toujours ses cheveux blonds, ou peut-être un peu plus foncés. Toujours les yeux verts, comme elle. Et il est certainement devenu un homme maintenant, séduisant et fort. Si ça se trouve, il a quelqu'un aujourd'hui... Ok, hors de question d'imaginer ça. Alaric est à elle bien évidemment, et elle n'est pas du genre à partager. La jeune femme dirige sa main vers le cadre. Du bout de l'index, elle caresse le visage d'Alaric. Elle saisit le cadre et le serre contre elle. Demi-tour, Bolyzet marche vers la fenêtre. Elle tire les foutus rideaux de dentelle sur les côtés et admire l'extérieur. Elle se souvient alors de ces soirs, très rares, où elle était accoudée à la fenêtre de sa chambre et où elle apercevait soudain une silhouette, au loin. La silhouette semblait la regarder. Et ils restaient là, figés pendant de longues minutes, puis la silhouette partait en courant.
Aujourd'hui, elle est toujours persuadée que cette silhouette, c'est Alaric.
"Bonjour ma chérie. Tu es déjà levée ?"
La brune sursaute et se retourne. La porte de la chambre est ouverte, mais ici c'est différent que chez Jenny. Ici, quand la porte s'ouvre, ce n'est pas pour laisser entrer une femme immonde qui n'a qu'une envie : vous insulter. Ici, quand la porte s'ouvre, c'est pour laisser un homme fort et rassurant entrer. Son père.
"Bon. Je pense qu'on va pouvoir y aller."

***

L'amour de Jutylo
Chez Jenny, Bolyzet avait fini par s'habituer à sa chambre. De toute manière, elle était quelqu'un de solitaire, elle ne voulait pas voir grand-monde à moins que ce soit son père ou son cousin. Elle n'avait pas beaucoup d'amis mais elle s'en fichait. Elle estimait que si les autres personnes ne voulaient pas lui parler, c'est qu'elles n'étaient pas dignes d'elle. Merci, papa, d'avoir fait de moi cette personne ultra-égoïste.
La brune avait eu quelques transformations, elles n'étaient pas très méchantes au début. On peut dire que Jenny avait eu de la chance que Bolyzet soit un jour enlevée par son père. Sinon, sa maison aurait fini par s'effondrer.
Ce soir-là, elle était accoudée à la fenêtre. Elle guettait la silhouette, mais elle avait fini par apercevoir un grand loup, au loin. Il courait à toute vitesse en direction de la maison. La jeune femme équarquilla les yeux, n'y croyant pas une seule seconde.
"Qu'est-ce que c'est...?"
Elle n'eut pas le temps de dire Ouf et tomba dans les pommes une seconde plus tard. Et quand elle s'était réveillée, elle était chez son père. Et là, il lui avait tout raconté. Sa rencontre avec sa vraie mère, sa relation avec Jenny, sa révélation, sa fuite, la rançon de Jenny, et surtout l'identité de cette famille. Des loups-garous.
Bolyzet n'écoutait qu'à moitié ce que lui racontait son père. Il parlait de créatures fantastiques et ça ne l'intéressait pas du tout, ce genre d'histoire complètement fausses. Il racontait que si elle vivait chez Jenny, sa belle-mère, c'était parce que Jutylo avait fui sa première épouse, une louve-garou, une femme un peu trop folle qui passait son temps à la pourchasser  pour la dévorer... Une question résonnait dans sa tête.
"Et où est Alaric?"
La réponse était évidente : Alaric était mort, tué par des humains. Mais déjà que la jeune femme ne croyait pas en l'existence des loups, comment lui dire que son  cousin et meilleur ami, qui en était un aussi, avait été tué par ce que sa fille pensait être des semblables ?
"Alaric... Je ne sais pas. Tu le retrouveras peut-être au lycée Yokai."



***

Au lycée Yokai, la chambre de la lycéenne ne ressemble à rien. Enfin, elle est vide. Il y a juste son lit et les lits de ses colocataires, et c'est tout. Les autres accrochent des photos, des objets porte-bonheur à leur lit. Bolyzet ne met rien de tout ça. Les quelques objets qu'elle a gardés sont rares, d'une part. Et elle les cache dans une boîte fermée à double-tour. Parfois, le soir, elle l'ouvre et elle retrouve alors la photo d'Alaric. Et son pull bien chaud qu'elle enfile parfois les soirs d'hiver.

En plus de cinq ans, Raven a connu beaucoup de choses au lycée Yokai. Sa scolarité a été absolument catastrophique. Elle a eu des amis, des amours. Mais tous ceux auxquels elle semblait trop s'attacher finissaient par disparaître. Pendant un moment, elle est partie à la recherche de son petit-ami, disparu lui aussi. Cette quête s'est terminée dans les bois pour Bolyzet, et elle y est restée pendant un an, déprimée, laissant l'instinct sauvage du loup contrôler tout son être. Et puis, elle est revenue. Jusqu'à la prise de pouvoir de l'Antithèse, qui régnait sur le lycée en imposant des tonnes de règles. Bolyzet passait son temps à se cacher, à jouer l'élève assidue. Mais il n'en était rien. Elle était paniquée à chaque fois que l'Antithèse se montrait, et elle était aussi fascinée par ce groupuscule terrible et sauvage. Elle se demandait de quel côté elle devait se ranger. Cette période là a aussi été marquée par une découverte mystérieuse. L'oiseau.

***
Le mystère du corbeau
Il est là. Tous les soirs, mais depuis combien de temps ? Raven ne saurait le dire. Dès l'instant où l'Antithèse a pris le contrôle du lycée Yokai, Raven avait pris l'habitude de rester dans sa chambre, souvent cloîtrée. Et, tous les soirs, accoudée à la petite fenêtre près de son lit, la lycéenne apercevait un oiseau noir, posé avec grâce sur le bâtiment d'en face. Toujours au même endroit. C'était un corbeau, de toute évidence. Assez grand, l'air majestueux. Et, l'oiseau regardait l'étudiante, comme s'il la surveillait. Au début, Raven trouvait cela étrange, presque effrayant. Mais au fil des semaines, la présence de cet animal devenait familière, et même rassurante. Un peu comme un vieil ami. Il arrivait parfois que la jeune louve se mette à murmurer, à parler de choses qui ressemblaient à des secrets. Elle parlait de ses peurs, de ses regrets. Elle était bien sûr persuadée que le corbeau n'entendait rien.
Cet oiseau lui faisait penser à la silhouette qui apparaissait, de temps en temps, en bas de chez Jenny.
Un jour, la jeune femme avait décidé de rester accrochée à sa fenêtre pendant toute la nuit, guettant l'oiseau, pour savoir jusqu'à quelle heure il restait là. Car elle ne le voyait jamais arriver ni s'en aller, et pourtant il n'était pas là pendant la journée. Mais ce soir-là, Raven s'est lamentablement endormie sur sa fenêtre. Quand elle a ouvert les yeux, le jour se levait, l'oiseau n'était plus là.
Les seuls jours où Raven n'apercevait pas le corbeau, c'était quand elle partait faire son footing dans la forêt. Le fameux footing de la pleine lune, qui lui permettait de laisser le loup prendre le dessus et courir pendant toute la nuit, écrasant tout sur son passage. Elle finissait par se réveiller au beau milieu des arbres, au lever du jour, parfois nue. Elle ne le savait évidemment pas, mais ces soirs-là, le corbeau était là. Perché sur un arbre, il l'observait. Depuis tant de semaines, tant de mois, il n'était rien arrivé de grave à Raven, personne n'avait essayé de la tuer alors qu'elle gambadait comme une folle dans la forêt. Ce n'était pas une histoire de chance, et le corbeau n'y était pas pour rien.
Alors, quand la jeune femme a entendu parler de l'ouverture de la nouvelle académie Shinsei, elle savait qu'elle avait besoin d'un nouveau départ. D'un nouveau nom. Et elle n'a pas eu à réfléchir très longtemps.


***

A 22 ans, Raven ne sait toujours pas que son cousin est mort et elle ne le saura probablement jamais. Et, au moment où la guerre a éclaté entre l'Antithèse et les autres, au lycée Yokai, son père Jutylo était lui-même assassiné par balle, par un humain, au cours d'une bataille semblable à celle que vivait le lycée. Il est probable que Raven n'apprenne jamais tout ça. Mais une petite voix dans sa tête lui dit que toute son histoire, toutes ses mésaventures sont à cause des humains. Et sans même savoir pourquoi, elle désire venger sa famille.


Boly Boly, oui oui oui


† Pseudo
► Boly, LilyCheekyMare, Hazel Pepperfly
† Âge
► 22 ans et pas toutes mes dents
† Avez vous lu le règlement ?
► bien sûr, o grand admin
† Comment as-tu connu le forum
► C'était il y a bien longtemps mon enfant :mamie:
Avis sur le forum
► Il est beau, il est bien, il y a des gens gentils dessus
† Présence
► Le plus souvent possible
† D'autres comptes
► Nop
† Quelque chose à rajouter jeune yokai ?
► Pouet


© ASHLING POUR LIBRE GRAPH'


Revenir en haut Aller en bas
Touché par un ange
avatar

Feuille de personnage
Level: S+
Race de Monstre: Nécromancien-Polymorphe
Karma:
140/200  (140/200)
Touché par un ange
Masculin Messages : 230
Date de naissance : 26/11/1994
Date d'inscription : 17/10/2016
Age : 22
Emploi/Situation : Infirmier
Humeur : Fatigué
Situation amoureuse : Marié
MessageSujet: Re: Raven Niniaka Sam 29 Oct - 18:28
Howdy ~

Validée avec un B (en accord avec le non contrôle de la bête qui sommeil en Raven), avec un karma de 95/200 (comme ancienne à Yôkai) pour sa haine grandissante envers les humains.
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Une Garde Pure [ prio ; Oméni, Raven, Gylfie ]
» Raven : Nevermore
» Raven Sloth
» Oh my beautifull Hell |Raven Nightray|[Terminée]
» Un RP avec Raven ??

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
 :: Il y a un début à tout :: Présentation :: Fiches validées-
Ce forum est verrouillé, vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.Sauter vers: