Allô rumeurs ?


Il paraît que le lycéen Altaïr Dawson aime passer ses soirées dans les discothèques de la ville. On n'aurait jamais pu croire une telle chose !
Clique ici pour proposer ta rumeur



 

Vika Nightwing
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Ange Incarné
avatar

Feuille de personnage
Level: S+
Race de Monstre: Animorphe Corbeau
Karma:
200/200  (200/200)
Ange Incarné
Messages : 49
Date d'inscription : 23/10/2016
MessageSujet: Vika Nightwing Jeu 3 Nov - 18:59

Nightwing Vika


† Nom(s)
► Nightwing

†  Prénoms(s)
► Vika

†  Âge
► 23 ans

† Sexe
► Femme

† Race
► Métamorphe Corbeau

† Origines & Nationalité
► Scandinave

† Orientation Sexuelle
► Ne soyons pas catégorique

† Situation amoureuse
► Il a disparu

† Ancien du Lycée Yôkai
► Oui

† Statut
► Etudiante

† Objectif(s)
► Finir ses études et mettre en echec Fairy Tales et ses sbires

† Alignement
► Loyal bon pro gentil

Autres
► On est ce qu'on choisit d'être

{Image 250*300}


Aspect Physique


« Naessala croassa de contentement en découvrant ses nouveaux quartiers, dans le nouveau bureau du Comité. S'il était pour le moment austère, il saurait vite s'en accommoder et faire de cet endroit un petit nid douillet. Il était plutôt heureux de revenir. La vie que Vika lui avait fait mener au cours de l'année précédente fut assez mouvementée et il appréciait d'avoir un véritable pied à terre à présent. Affronter Fairy Tales en franc-tireur ou ponctuellement avec l'AMIP et le MIB ne permettait pas aux deux corbeaux de s'approprier un coin à eux. Le retour dans le kekkai signait la fin de leur vie d'errance. Il l'observait alors qu'elle installait le peu d'affaires qu'ils avaient apportés ici depuis Avilksholm, et constata sans surprise qu'elle avait bien changée depuis la dernière fois qu'il avait pu la regarder ainsi. Oh, elle était toujours la même qu'avant. Une jeune fille svelte, bien formée, à la longue chevelure aussi sombre que son propre plumage, attachée en arrière pour ne pas la gêner. Des yeux bleus clairs qui avaient cependant perdu tout leur éclat, n'étant plus que de la simple verroterie. Vika préférait porter un bandeau mais elle ne pouvait alors pas cacher ses dons de vision extra normale, et elle avait donc du adopter cette solution. Un visage fin, sans cassure, un joli minois plein de fossettes irrésistibles, qui avaient su trouver le cœur d'un certain loup garou. Depuis qu'elle vivait au japon, elle avait adopté un style vestimentaire moins européen et appréciait particulièrement les kimonos, bien qu'elle porte maintenant l'uniforme de l'école ou du comité. Beaucoup faisaient l'erreur d'assimiler son gabarit à sa puissance, et elle était souvent sous-estimée. Le sabre qu'elle portait à sa ceinture devait pourtant en dissuader plus d'un, et l'armure noire qui décorait la vitrine dans son bureau plus encore.
Non, physiquement, elle n'avait pas vraiment changée. Et pourtant, elle avait grandi, elle était grandie. Si elle avait toujours semblée calme et mesurée, dégageant une impression de torrent contrôlé, canalisé, elle respirait maintenant la sérénité. Elle avait fait la paix avec elle-même et sa simple présence suffisait à calmer les esprits tant son aura s'imposait aux autres. Ce n'est pas pour rien qu'elle avait pu reprendre le titre de chef du comité. Non, Vika n'avait pas vraiment changée.



Métamorphe Corbeau

/ Guerrière Empathique


Ah, les métamorphes oiseaux ! Un peuple à part entière, aux races si différentes ! Mais leurs pouvoirs restent les mêmes quelque soit l'espère de l'oiseau. Il existe bien quelques exceptions, telles les chouettes et leurs connaissances occultes, mais pour le commun des piafs, rien de tout ça. Globalement, leurs pouvoirs se résument à des transformations et la capacité de discuter avec les oiseaux, voir de tisser un lien mental avec l'un d'eux. Vika n’échappe donc pas à cette règle. Elle possède donc plusieurs formes : sa forme humaine, classique, n'a rien de particulier si ce n'est des cheveux noirs comme le ramage de son côté animal. Ensuite, sa forme de corbeau, qui n'est rien de plus, rien de moins qu'un corbeau somme toute classique. Viens après sa forme "géante", c'est à dire, un corbeau, mais en beaucoup plus gros. Genre trois bons mètres. C'est assez flippant mais assez peu utile au final. Sa forme fétiche, et celle des métamorphes oiseaux en temps normal (c'est à dire sans humain non avertis), est bien entendu une forme hybride, dans laquelle une sacrée paire d'aile apparaît dans son dos, que ses sens sont à leur paroxysme. C'est la forme qu'elle adopte le plus naturellement au combat.

Avec tout ça, le métamorphe ne vaut pas bien plus qu'un humain. Physiquement, ils sont un peu plus fort, surtout pour les guerriers, et ils vivent un peu plus longtemps qu'eux. Ce ne sont pas vraiment des monstres puissants et c'est aussi pour cela qu'ils vivent reclus dans leurs kekkais.

Toujours est-il, qu'à force d'entrainement et de discipline mentale, Vika a transcendé sa nature pour s’élever et s'ouvrir à un nouveau plan de perception. En effet, elle est parvenu à visualiser son propre esprit et en gérer le fonctionnement. C'est à dire qu'elle possède un domaine, plutôt sympathique d'ailleurs, dans sa propre tête, où coule des fleuves et des rivières. Ce sont les sentiments qu'elle ressent, et qu'elle peut utiliser, dompter, canaliser et relâcher à sa guise dans ses coups, amplifiant d'autant sa force (et relatif au sentiment employé). De la même manière, elle est capable d’ériger un genre de barrière invisible sur son corps, pour bloquer et encaisser les coups. Lors de ses derniers progrès, elle s'est montrée capable d’extérioriser cette énergie pour la relâcher sous forme d'un rayon sans avoir besoin de frapper son adversaire. Notons que son pouvoir de protection est très efficace contre les attaques physiques, mais qu'elle manque d'entrainement pour le côté magique, qui lui consomme alors plus d’énergie pour s'en défendre.

Enfin, après un combat sanglant, Vika a perdu l'usage de ses yeux (en même temps, c'est compliqué quand ils sont crevés, raclés et déchiquetés). Cela lui a offert des possibilités autres cependant, puisqu'elle voit maintenant à l'aide des auras seules et des dégagements d’énergies. Elle voit donc tout autour d'elle, perçoit son environnement comme quelqu'un de normal. Les couleurs sont cependant différentes car les énergies ne sont pas forcement liées à celle-ci. En cas de besoin, Naessala, son familier, et capable de lui transmettre ce qu'il voit mentalement, pour offrir une vue externe avec une vue "classique".

Dans une moindre mesure, on peut noter dans son équipement un sabre de type katana, cependant bien plus épais et lourd, palliant la fragilité de son homologue humain. Sa lame rouge foncé lui a donné son nom : Sanguine. Elle possède aussi une armure de plaque partielle. Transformée à partir d'une antique armure complète, elle est épurée pour laisser à Vika la liberté de mouvement dont elle a besoin, tout en lui offrant une protection supplémentaire du torse, du dos, des bras et des jambes. Des lames au bouts des poings rendent ses frappes plus mortelles et même ses ailes sont recouvertes d'un voile tranchant redoutable. Malheureusement, mais nécessairement aussi, ses articulations restent très exposés.

†Points faibles ► Pas vraiment d'attaque à distance, la seule qu'elle possède étant assez téléphonée, elle s'en sert uniquement au corps à corps (logique !).
N'attaque jamais par surprise.
Sensible aux illusions d'auras

†Points forts ► Insensible aux illusions visuelles.
Une vision bien à elle des choses.
Très résistante et très forte, sa manipulation énergétique s'étant perfectionnée durant ces quatre années.
Des corbeaux partout, et un joli familier !

†Points mi-figue mi-raisin ► Un peu plus sensible à la magie mais capable d'y résister tout de même.
Fais parfois (souvent) des choix stupides pour protéger des gens, des choses et ses principes. Cela entraîne aussi une certaine inflexibilité mentale qui la rends plus difficile à manipuler contre ses lignes de conduites (l'inverse est possible).




Mental et Caractère


Vika a beaucoup évoluée psychologiquement mais n'a pas vraiment changé en soi. Elle reste une personne calme, posée, studieuse et appliquée. Elle est humble, et n’aime pas se vanter de sa force, qu’elle juge cependant à la bonne valeur. Vika ne se sous-estime pas, et ne le fera jamais, sa confiance en elle étant un facteur important en combat. La confiance est l'entrainement. Elle prône l'amélioration de soi-même et applique cette maxime tous les jours. C’est une fille discrète, enfin, plus vraiment maintenant, romantique et souvent solitaire. Non pas qu’elle n’aime pas le contact humain, juste qu’elle apprécie la solitude de temps en temps, seule, face à l’immensité de la nature et des paysages. Elle n'en reste pas moins une personne agréable dont la compagnie est appréciée, que ce soit pour son sérieux ou le contraire. La jeune demoiselle corbeau aime beaucoup rire et s'amuse d'un rien, et à le chic pour détendre l'atmosphère dans les pires situations (oui, même quand elle se fait crever les yeux.)
Elle n'a pas beaucoup d'amis proches, car elle est assez sélective, mais apprécie la compagnie de n'importe qui de fréquentable. Par fréquentable entendez "qui n'est pas un monstre sanguinaire et psychopathe".

En effet, elle a tendance à faire changer d'avis ces doux personnages avec ses poings. En effet, Vika est, pour beaucoup, le bras armée de la justice. Elle chasse sans vergogne ceux qui veulent détruire le semblant d'harmonie entre les humains et les monstres, et tous ceux qui tentent de tuer des innocents. Elle s'est montrée capable de donner de sa personne pour cela, et considère cette croisade comme peut-être l'œuvre de sa vie. Après tout, elle était née pour se battre et vit encore pour le combat. Elle apprécie l'entrainement, les adversaires forts et trouve plaisir à affronter quiconque osera se frotter à elle, avec l'intention de la tuer ou non. Cependant, comme toujours dans la justice, Vika a encore parfois du mal à entrevoir la limite entre la justice et l'absolutisme. Elle est très prudente et cherche à se nuancer pour ne pas sombrer dans les affres qu'elle combat. Notons en revanche qu'elle n'hésite pas à tuer si on la menace ou qu'on menace le lycée et ce qu'il représente. Nombreux sont les hommes de Fairy Tales qui sont tombés sous ses coups et c'est un poids qu'elle accepte de porter si cela peut protéger ceux qu'elle aime.

On est ce qu'on choisit d'être et Vika s'est choisie ainsi.


† Matières Favorites ► ... le combat? Le droit (après tout, c'est son objectif, avocat)

† Matières Détestées ► Electronique (au lycée)





Histoire


A la genèse de l'humanité prospéraient déjà les monstres. Après tout, ces créatures, aux même titres que les animaux ou les dinosaures, ont toujours eut leur place sur la planète. Certes, ils ne ressemblaient pas forcement à ce que l'on appelle monstre de nos jours, mais c'étaient toujours des créatures que les humains de notre temps n'ont pas idée. Enfin, tout du moins, ils en ont bien des restes, mais à part leur aspect, ils ne sont pas capables d'en savoir plus. Si cela se trouve, le tyrannosaure chassait en tirant des boules de feu. Mais c'est une autre histoire. Les monstres, du coup, vivaient comme tout un chacun, et évoluèrent en même temps que leur temps. Des monstres se sont éteint, d'autres se sont vu naître, d'autres ont survécus et n'ont pas changé depuis leur venue au monde. Les plus intelligents étaient vénérés, ceux qui l'étaient moins étaient chassés par les plus valeureux guerriers. C'est pourquoi l'histoire et le folklore humain regorgent de créatures aux étranges pouvoirs ou aux apparences terribles. A l'époque déjà, beaucoup de monstre vivaient parmi les humains, car, pour une raison obscure mais qui est fortement appréciée pour la narration de cette histoire, tous les monstres possédant un minimum d'intelligence étaient capable de se créer une forme humaine, sans attribut monstrueux. Et c'était mieux pour eux, car les humains devenaient de plus en plus nombreux et de plus en plus puissant, n'ayant aucune limite à leurs sciences. Les monstres les plus dangereux et les moins intelligents, comme les hydres, les chimères, les dragons inférieurs, finirent tous tués, car il représentait une menace pour tous les êtres vivants, humain comme monstre. Si rien n'était officiel, les autres monstres vivaient donc cachés, ceux se risquant à révéler leurs natures finissaient souvent mort, tués par les humains qui manquaient beaucoup de compréhension, ou par d'autres monstres qui ne voulaient pas que leur existence ne soit connue. Cela s'est fait progressivement, et vint rapidement le temps où l'existence même des monstres fut remise en cause par l'humanité elle-même. Il s'agissait donc d'entretenir cette croyance pour vivre parmi les humains.

Certains monstres allèrent plus loin encore, et, par l'utilisation de la magie ancestrale des dimensions, connues de quelques puissants mages, s'isolèrent dans des dimensions parallèles, inaccessible à ceux qui n'y étaient pas inviter. Il n'était pas nécessaire de vivre comme les humains l'entendaient, mais cela impliquait de s'isoler du monde entier, ou presque. Le peuple oiseau fit partie de ceux-là. Ils se regroupèrent en immense clan et s'installèrent partout dans le monde, caché dans d'immense dôme aux entrées accessibles à leur peuple, et parfois à leurs invités, sous conditions. Chaque ville vivait plus ou moins en autarcie complète, mais le monde extérieur était toujours accessible, si bien que les oiseaux évoluèrent technologiquement au même titre que les humains, en fonction de leurs zones géographiques, influencés par la culture environnante. Enfin, une dimension particulière existait pour que les différents chefs se regroupent, et pour gérer leurs conflits. En effet, depuis qu'il existait, le peuple oiseau a connu des guerres, qui a souvent menacés l'espère tout entière. Ils choisirent vite la survie globale et réglait leurs conflits par un conseil des chefs, et en cas de litige complet, par un combat entre deux champions. La tradition demeure toujours à l'heure actuelle, bien que les conflits nécessitant ces combats soient rares.

Parmi ces nombreuses cités états, nous intéresse plus particulièrement Avilksholm, basées en plein cœur d'une forêt norvégienne. Elle n'avait rien de particulier par rapport aux autres, et fonctionnait de la même manière. Si le peuple oiseau est influencé par l'humanité, certaines habitudes ont la vie dure, et il existait un certain "racisme" dans les villes. En effet, à part quelques exceptions rares, la classe sociale et la fonction de chacun étaient défini par la race de l'oiseau. Par exemple, un moineau sera un simple artisan, quand des oiseaux plus "noble" comme le héron feront carrière dans la politique ou le négoce. De la même manière, les oiseaux de proie choisissent le plus souvent le plus souvent une place dans l'armée de défense ou la police. Pour ceux qui nous intéresse, les corbeaux, ils choisissent plutôt la politique ou les sciences (sociale, ou en adaptant les sciences humaines aux oiseaux). C'est ainsi que nous rencontrons Svenka et Ivy Nightwing, respectivement conseiller de la ville et psychologue. A leur côté, différents membres de la famille Nightwing à divers degré, et tous vivaient dans le manoir austère mais chaleureux qu'était le domaine Nightwing.

C'est bien joli tout cela, mais il faut bien qu'un peu de nouveauté arrive là-dedans. Un beau jour, donc, non pas par une immaculée conception mais une bien plus classique, un œuf fut pondu. Car c'était ainsi chez les animorphes. On pondait au même titre que les oiseaux. C'était bien moins éprouvant pour la mère qui n'avait pas à porter tout cela pendant plusieurs mois. On plaçait généralement l'œuf dans une couveuse, ou sous l'un des parents transformés. Il fallait dire que l'œuf avait une taille respectable. Une bonne petite pastèque au moins. D’un blanc cassé moucheté de tache noire et grise. Après un temps d'incubation conséquent pour un oiseau, mais plus court que celui d'un humain normal, les deux parents Nightwing attendaient avec impatience la naissance de leur petit oisillon. En effet, la coquille étant assez résistante, l'enfant choisira sa forme de corbeau pour perforer celle-ci. Quelle ne fut pas leur surprise de voir que ce qui craquela la coquille, ce ne fut non pas un bec, mais bien un petit poing fermé. Peu commun, mais pas impossible, cela prédestinait souvent l'enfant à une carrière de combattant. La jeune demoiselle, car oui, c'était une demoiselle, fut nommée Vika, et était promise à un avenir des plus étranges. Très heureux de pouvoir exploiter cette naissance et lui offrir le choix, Svenka lui fit suivre deux éducations. L'une par son oncle Vilkas, qui lui dispensait les classiques d'une formation corbeau, l'autre, par un tuteur faucon qui l'accueillit parmi ses autres élèves, pour un entrainement plus martial. Tous les oiseaux de proie y passaient, et seuls les plus valeureux et talentueux continuaient dans cette voie, les autres devant se rabattre vers des métiers moins violent, et, pour eux, bien moins intéressants. Qu'une corbeau soit acceptée parmi eux relevait du délire pour certain.
Cependant, l’histoire montra qu’elle était des plus capables et elle s’en sortait plutôt bien dans les deux domaines, et nombreux furent ses adversaires, trop confiant, qui finirent par mordre la poussière. En effet, si elle n’était pas de leur gabarit, elle apprit très rapidement ce qu’on lui apprenait, et la science du combat était plus pour elle qu’une simple leçon. Elle en fit très vite son art de vivre, et s’imposait d’elle-même des codes stricts, pour se perfectionner jours après jours. De l'autre côté, son éducation plus classique se passait sans encombre, bien qu'elle n'y attachait pas la même valeur. Mais c'était nécessaire et elle s'y addonait avec ardeur tout de même, voulant rendre ses parents fiers.

Elle prenait de l'âge et son tuteur aigle n'en revenait toujours pas, clamant haut et fort qu'elle aurait du naitre aigle ou faucon, ce qui la faisait sourire. C’était une génie du combat, et les autres élèves des autres races d’oiseaux lui arrivaient rarement à la cheville. Tous sauf Ulki.
Un jeune faucon. Rapide, puissant, calme et efficace. Son portrait craché, mais en masculin. Il avait cependant, lui, un succès certain avec le sexe opposé, alors que Vika, plutôt ingrate dans ses jeunes années, n’en touchait pas une. Puis, les garçons la prenaient, et peut-être pas à tort, pour une brutasse. Il faut dire qu’elle était plutôt turbulente, jusqu’à ce que les enseignements du bushido n'aient atteints leur but. Après quoi, elle était l’innocence et le calme incarné. Une vie cool dans une ville cool, avec des parents et des profs cools.

Vika exprima vite l’idée d’aller au lycée Yokai. Rester cantonné à leur domaine ne l’intéressait pas, et elle voulait voyageait pour trouver et combattre d’autres personnes de part le monde. Et ce n'était pas ses parents qui allaient l’en empêcher. Surtout qu’elle pouvait facilement mettre son père hors combat, maintenant. Il fallait dire qu’à seize ans, elle envoyait du pâté la petite. Plus si petite d’ailleurs... Une petit mois avant la rentrée, parce que la vie paisible ne sied pas aux gens comme Vika,  Vilkas et Jannaf, ses deux mentors, eurent un petit élan de fantaisie et décidèrent d’organiser un combat qui resterait dans les annales d’Avilksholm. Ulki VS Vika. Oui. Le pretexte, fumeux, qu'ils avancèrent était l'argent qu'ils pourraient en tirer en faisant des paris. L'autre, c'était bien entendu que les oiseaux affectionnaient ce genre de combat et que la question du meilleur des deux n'avait jamais trouvé de réponse. Si sa mère n'en était pas revie, Vika appreciait l'idée d'un combat public et accepta celui-ci. Sans grande surprise, il en fut de même pour Ulki.

Ce soir la, Vika était juste surexcitée. Jusqu’à présent, elle n’avait jamais eu l’occasion de se battre pour de vrai, et les enseignements de ses maitres pourront dire tout ce qu’ils voudront, elle ne pouvait contenir l’énergie et l’envie que l’idée de ce combat lui insufflait. Elle tentait de canaliser se surplus d’énergie en courant dans toute la maison, ce qui avait la fâcheuse tendance à énerver sa mère.[/i]

« C’est pas bientôt fini oui ? Courir dans tous les sens fera pas venir se combat plus vite, et tu risques de t’épuiser pour demain. Tu n’as quand même pas envie de perdre ? »

Vika interrompit sa course à mi chemin de la pièce suivante, et revint sur ses pas, penaude.

« Je sais… mais je n’arrives pas à y croire. J’ai tellement hâte que ce soit demain ! »

« Eh bien, va dormir, demain viendra plus vite ! »

« Mais je peeeeeeeux paaaaaas ! Je suis trop excitée !»

Et elle repartit de plus belle, provoquant un vacarme assourdissant dans les étages. Ivy soupira.

« Allez, dis-toi que ça n’arrivera qu’une fois. C’est un grand jour pour elle mine de rien. Et qu’est-ce que je rigolerais si elle montre à Ulki qui c’est le boss ici. »

« Tu ne changeras jamais, ô mon Svenka »

Ils eurent un rire bref, interrompu par le fracas épouvantable d’un vase moche qui se brisait.

« Là s’en est trop ! Ce sera peut-être la boss demain, mais ce soir, elle va comprendre qui sait la maman !»

Et Ivy fila hors de la salle, fulminant comme une furie, sous le rire tonitruant d’un Svenka plié en deux sur son fauteuil.

Le sommeil ne tarda pas à venir, aussi excité que Vika fût. Sa mère lui avait démontré avec brio que le mot « réprimande » pouvait prendre des accents terriblement dangereux, et la petite métamorphe n’avait pas envie de mourir si jeune. Un sommeil sans songe, calme, doux, qui l’emplit d’une sérénité, un peu le calme avant la tempête. Au petit matin, elle était loin de l’état de la veille. Elle prit tranquillement son déjeuner de jour d’entrainement, pris une douche froide durant laquelle elle révisa mentalement tous les mouvements dont elle avait vu Ulki capable, réfléchissant à comment les contrer. Elle sortit, sécha ses cheveux, ce qui lui prenait un temps fou, les attacha, et enfila sa tenue de combat. Une combinaison de tissu légère, qui collait au corps. Qui sait, peut-être qu’Ulki serait plus concentré sur ses courbes que sur le combat. Vika sourit mais savait qu’il n’en serait rien. Ulki, comme elle, aimait trop le combat pour être dérangés par un truc aussi banal. De même, l’aigle ne retiendrait pas ses coups sous prétexte que c’était une fille. Tant mieux d’ailleurs, Vika l’aurait prit comme une insulte.

La métamorphe ouvrit la fenêtre de sa chambre, et s’installa sur la rambarde, les jambes dans le vide. Fermant les yeux, elle savoura le vent qui caressait son visage, puis contempla la ville en contrebas. Loin d’être une débauche d’immeuble, la ville des oiseaux était simple, divisée en quartier où chaque race vivait. Les plus riches possédaient en général un manoir, comme les Nightwing. Mais le bâtiment le plus impressionnant, débauche de luxe et d’architecture, restera toujours le Conseil Ailé, qui dominait la cuvette dans laquelle se trouvait la ville. Ville qu’elle quitterait dans peu de temps. Elle ne doutait pas qu’elle serait surement sujette au mal du pays, mais l’envie de découvrir le monde était trop forte pour s’en inquiéter. D’un mouvement nonchalant, elle se jeta dans le vide, déploya ses ailes, et rejoignit l’arène.

Elle n’était pas très grande, car la ville ne l’était pas, les spectateurs ne sont donc pas très nombreux. Vika se posa au centre, et rejoignit les baraquements souterrains, pour y effectuer une série d’échauffement et d’étirement. Pour une raison obscure, le doute l’assaillit. Et si elle perdait ? Et si elle n’était pas assez forte ? Et si ?...


« Te fais pas de bile, ma petite Vika. T’as les moyens de te défendre je crois. »

Elle leva les yeux vers Vilkas, son mentor corbeau, qui lui souriait d’un air rassurant. Etait-elle si transparente pour qu’il puisse lire sur son visage l’affreuse faiblesse qu’elle ressentait ?

« Mais… »

« Y’as pas de mais qui tienne. Tu n’as jamais ressenti ça, et c’est pas le moment pour commencer. Ais confiance en toi, ton potentiel est tel que tu devrais t’en sortir aujourd’hui. Et Jannaf pourra me dire ce qu’il voudra, aujourd’hui, c’est toi qui va gagner. Foi de Vilkas ! »


Vika sourit et le serra contre son cœur. Vilkas avait toujours su lui redonnait courage quand elle manquait momentanément de volonté. Et il venait à ce moment même d’élever ce don au rang de performance olympique. Quand elle relâcha son étreinte, on pouvait sentir la vigueur,  la force, la volonté et la rage de vaincre dans son regard. Oui, tout ça, d’un coup. Elle termina rapidement ses exercices, et se plaça devant la porte. Timing parfait, car la foule dans les gradins commençait à taper des pieds pour appeler les combattants. Une cloche retentit, et elle poussa la porte. La lumière l’aveugla momentanément, mais elle se reprit bien vite, et avança d’un pas assuré jusqu’au milieu de l’arène, sans quitter Ulki du regard, qui faisait de même.

« Vika. »

« Ulki. »


Un salut simple de guerrier, ils se mirent tout deux en garde, et le sifflet du début du combat retentit, sous les hourras de l’assemblée.


Respiration. Fixe ses yeux. Ne les lâche pas. Respire. Sautille, ne reste pas immobile. Respire. Si tu reste immobile, tu es morte. Respire. La meilleure défense reste l’attaque ? Respire. Non, stupide. La meilleure défense, c’est de gagner, peu importe les moyens. Ultime respiration. Il s’élance. Elle aussi. Son poing rencontre sa main, puis son pied fait de même. Ils se repoussent, se jaugent, et recommencent. Cela ressemble à de simple échange, mais déjà, les forces mises en jeu sont monstrueuse, et seul les gens non avertis d’y voit que quelques passades sans force. Le bruit n’existe plus pour Vika, et surement pareillement pour Ulki. Elle est combat, il est combat. Seuls son adversaire, ses mouvements, ses mimiques, la trajectoire de ses yeux importent. Blocage à gauche, coup de poing du droit, esquive vers le bas, remonté en uppercut. Un coude sur un tibia. C’était elle qui ouvrait le score. Ulki bondit vers l’arrière en grimaçant. Aussi entrainé qu’on le voulait, le tibia était toujours douloureux, sur les premiers instants. Après, la souffrance était toujours la, mais l’adrénaline du combat la faisait oublier. Mais, c’était un gain de confiance pour Vika. De courte durée. Ulki, qui rayonnait jusqu’alors de confiance en soi, voir de suffisance, n’avait plus la même lueur dans les yeux. De la haine. Ils n’avaient jamais été ennemis, ni amis d’ailleurs, mais Vika n’imaginait pas qu’un tel sentiment puisse naitre aussi vite dans le cœur de quelqu’un. Apparemment, quelqu’un supportait mal la concurrence. Et la rage décuplait les coups. La série qui suivit la pris complètement au dépourvu. Abdomen, plexus, bras gauche, et une seconde poussée au plexus. Elle vola loin. La douleur se diffusait dans son corps alors qu’elle tentait de retrouver une respiration normale, la force du coup ayant expulsé tout l’air de ses poumons. Il aurait du l’achever maintenant. Il aurait du. Il ne l’a pas fait. Ulki se gaussait d’elle. Il avait soudainement un besoin inhérent de domination. Vika ne l’aimait plus. Elle avait toujours cru qu’ils auraient pu s’entendre. Ce qu’elle voyait de lui l’en dégoutait. Il se remit en garde alors qu’elle se relevait en crachotant. La foule était au comble de l’excitation. Vika refixa son regard dans celui d’Ulki, y lisant un plaisir dévorant. Non pas le plaisir du combat, qu’elle ressentait alors de tout son être, mais celui de blesser, de faire mal, voir… de tuer. L’effroi l’étreignit l’espace d’un instant. Et s’il voulait vraiment la tuer ? Elle secoua la tête, chassant ses terribles pensées hors de son esprit. La métamorphe eut juste le temps de lever le bras pour dévier un coup au visage, mais reçut le second sur le côté du bras. Elle riposta de deux coups de pieds qu’Ulki bloqua sans peine, mais qui eurent le mérite d’interrompre son attaque. Elle ne lui laissa pas l’occasion de la reprendre, et elle passa à son tour à l’attaque. Des coups rapides, puissants. Pas assez rapides, pas assez puissant pour Ulki. Il contra chacun de ses coups, et acheva la passe par un terrible coup de poing circulaire qui la fit à nouveau mordre la poussière. Encore, et encore. Vika s’épuisait. Encore et encore au sol. Chaque mouvement lui arrachait un râle de souffrance. Elle avait perdu. Elle le savait. Elle baissa sa garde, et ferma les yeux, attendant le coup de grâce, ses ailes et sa puissance en berne, debout sur le champ de bataille. Ses reflexes, sa force, elle n’en avait plus sous cette forme. Elle acceptait cette défaite. Au moins, elle perdrait débout. La foule la hua. Elle s’en fichait. Complètement. Elle avait choisis de ne pas sombrer dans la haine elle aussi, quand bien même cela lui couterait la victoire. On est ce qu’on choisit d’être. Son père lui répétait tellement souvent cette phrase qu’elle en avait fait sa propre devise, son blason. Blason qu’elle allait entacher d’une défaite. Tant pis. Elle y serait fidèle, jusqu’au bout.

Elle vit le coup venir. A des kilomètres. Vika avait vu tellement de film de karaté où le héros se battait les yeux fermés, sans trop y croire. Elle avait essayé une fois, et elle avait juste reçu un coup monstrueux entre les deux oreilles. Mais là, la lenteur de la chose lui parut ridicule. Bras droit remontant, volte dans l’intérieur de sa garde. Coude gauche dans le prolongement du mouvement. Impact. Feinte droite, esquive à gauche. Blocage sur le côté, traction du bras, pied en avant, poing dans la trajectoire. Impact. Grognement. Blocage droit, déviation avec le genou. Fente. Poing. Impact. Aveugle, et pourtant clairvoyante. Elle lisait en Ulki comme un livre ouvert. Chacun de ses coups exhalait tellement de haine qu’elle pourrait dire ce qu’il allait faire avant qu’il n’y pense lui-même. Impact. Craquement sinistre. Hurlement de haine, de colère et de souffrance mêlée. Elle n’avait pas sombré, elle avait bien fait. Ses ailes ressortirent dans son dos. Impact. Impact. Impact. Genou à l’abdomen, coude sur la tempe. Impact.
[/justify]


Elle bondit en arrière, alors que la haine refluait, et que la souffrance lui damait le pion. Vika ouvrit les yeux, sur un Ulki haletant, à genoux. Elle ne reproduirait pas son erreur. Le tranchant de sa main siffla, sous les applaudissements de la foule, et elle frappa au cou. Il s’effondra. Elle avait gagné. Elle salua rapidement la foule, ne voulant pas plus que ça profiter de cette victoire, et souleva Ulki sur son dos, pour le ramener à l’intérieur, s’il devait être soigné. Elle le déposa sur une couche au sous-sol, et remonta les escaliers, lui adressant un dernier regard compatissant.
[justify]

« Je te l’avais bien dit non ? Tu avais ce qu’il n’avait pas pour gagner, et tu es arrivé la où tu devais arriver. Tu es prête à partir, et tu as ma bénédiction. »

Vilkas lui ébouriffa les cheveux. Il était arrivé de nulle part. Décidément, il fallait qu’elle apprenne ce petit tour la. Mais elle subit le contrecoup de toutes ses émotions. Elle s’effondra contre son mentor et éclata en sanglot. Des pleurs tristes, des larmes d’incompréhension et des sanglots d’impuissance. Vilkas ne dit rien, il la serra juste fort, jusqu’à ce qu’elle se calme. Quand elle eut finit, il la tint par les épaules, et le regard le plus sérieux du monde, il lui murmura :

« Ulki est un vrai guerrier. Un de ceux qui peuvent faire la guerre. Un de ceux qui n’ont peur de rien, et dont les sentiments dictent leurs actes. Et ils sont nombreux sur cette planète. Tu as gagné aujourd’hui, car tu n’es pas de ceux-là. Et en cela, ma chère nièce, je suis fier de toi. Allez, va fêter ta victoire. Jannaf s’étouffe de rage en bouffant les tapis, et ton père a déjà sorti le champagne. Il serait triste de manquer ça. »

Ces mots se gravèrent à jamais dans son esprit. Et, après une fête au manoir Nightwing qui lui valut bien des rougissements, des éclats de rire et autres joyeuseries du genre, Vika partait pour le lycée. Elle ne s’attendait pas à y trouver ce qu’elle y trouva. En effet, celui-ci etait loin de ressembler à ce qu'il pouvait ressembler désormais. Le lycée, en lui-même, était assez banal, si ce n'est certains cours atypiques de par leur nature monstrueuse. Un élève lambda, qui ne s'impliquerait nulle part n'aurait eu aucun problème à survivre à sa scolarité, pour peu qu'il n'ait pas la malchance de se promener seul le soir ou d'offenser la mauvaise personne. Car le lycée était, en réalité, un véritable champs de bataille. Plein de petite ou grande faction, d'opposant à l'autorité et d'autorité douteuse. Il suffisait d'ouvrir un peu les yeux pour se rendre compte du chaos ambiant. A titre d'exemple, on pouvait noter, principalement à l'époque, le comité de sécurité et l'antithèse, mais certains clubs formaient eux aussi des groupuscules à part entière. En ce temps là, le comité était sensé assurer, comme son nom l'indique, la sécurité des élèves et de l'établissement. Cependant, quand on offre trop de pouvoir aux mauvaises personnes, elles en abusent, et très vite, le comité s'est transformé en une nomenklatura oppressant ceux qui n'avaient pas les moyens de se defendre. De l'autre bord, l'antithèse multipliaient les petits attentats pour rappeller à tout le monde qu'elle était là et comptait bien continuer à menacer le lycée. Vika esperait ne pas avoir à traiter avec eux, et se garda bien de se faire remarquer lors de sa première année, louvoyant entre les intrigues et les coups bas. Seul évènement notable, sa rencontre avec Naessala, qui devint son familier. L'an suivant, elle choisit elle même de mettre fin à sa partie de cache-cache en prenant la tête du club d'arts martiaux. En effet, elle s'était vite fait un nom dans celui-ci, ayant battu à la régulière tous les membres éminents, si bien que, quand le president termina sa scolarité, elle fut presque nommée d'office à sa place. Elle avait accepté avec enthousiasme sans comprendre ce que cela impliquait pour elle. Vika avait beau être prudente, elle restait parfois naïve. Cette position de force impliquait aussi de se retrouver catapultée sur l'échiquier des puissances en place. Le club d'arts martiaux était en effet une concentration de tête brulée qu'un mot suffisait à enflammer. Son contrôle était donc difficile mais dans les cordes de Vika. Alors forcement, les autres groupes cherchaient à obtenir le contrôle de Vika, pour obtenir celui du club. Sauf que la demoiselle corbeau n'avait aucune envie de se laisser faire, et sa vie devint un combat permanent. C’était marrant de foutre une rouste à un peu tout le monde au début, elle gardait la forme, et c’était en quelque sorte un moyen de contrôler ses progrès. Mais, à force, c’était éreintant pour elle de se tenir en permanence sur ses gardes, de contrôler à chaque coin de bâtiment si personne ne l’attendait de l’autre côté. Elle ne pouvait même plus dormir à poings fermés. Un combat particulièrement dangereux, qui lui valut une longue estafilade dans le dos qui ferait une jolie cicatrice, lui fit prendre une résolution qui changerait à jamais sa vie au lycée.

Le comité. C’était la meilleure solution, qui lui offrait à la fois la possibilité de défendre se qu’elle pensait jute, de protéger les élèves, tout en s’offrant la protection d’une institution approuvée par le directeur. Que demande le peuple ? L’arrêt des tortures, de la corruption et du racket… Mais ça, Vika n’y pouvait pas grand-chose. Elle débarqua dans les bureaux du comité, sans tambour ni trompette, mais on la remarqua bien vite. Vika s’appuya sur le bureau d’accueil et planta un regard déterminé sur le réceptionniste :


« C’est où le service recrutement ? Vous allez avoir une nouvelle recrue. »

Il la jaugea du regard, hausa un sourcil et sourit.

« Le couloir à droite, troisième porte à gauche. Bienvenue parmi nous, Vika Nightwing.»

Okay, elle avait l’air connue. Vika appréhendait un peu. Peut-être qu’elle jouait exactement le jeu du comité, qui avait payé les groupes un à un pour qu’elle finisse par craquer et les rejoindre eux ? Elle secoua la tête. Ma parole, elle devenait parano ! Elle poussa la porte, et rencontra le mec à pas rencontrer.

« Vika. »

« Kuyo. »


C’était un guerrier, à sa manière. Il lui faisait tellement pensé à Ulki qu’elle failli quitter précipitamment la pièce. Sauf que Kuyo était bien plus puissant qu’Ulki ne le sera jamais. Elle frissonna et s’assit sur le siège que le chef du comité lui présentait.

« Je suis heureux que tu sois venue de toi-même. J’allais me demander si je n’allais pas envoyer mes hommes te proposer un poste. »

« Suis-je si intéressante que cela ? »

« Plus que tu l’imagines. Il suffit de voir le ridicule manège auquel les différentes factions du lycée se sont adonnées. Ta seule personne offre à elle seule la mainmise sur le club d’arts martiaux, et même si la plupart sont des lopettes, les rares éléments significatifs compte dans la balance des pouvoirs. Et pour ça, certains seraient près à tuer.»


On sentait la menace dans sa voix. Mais dans quoi s’était-elle encore mise ? Vika avait un peu peur, mais elle ne le laissa pas transparaitre. Elle allait la jouer fine. Très fine.

« Admettons. Je vous propose un deal. Je ne suis pas dupe quant aux méthodes que le comité utilisent pour parvenir à ses fins, et je les réprouve et les abhorre.»

Il tressaillit. Encore un qui ne devait pas avoir l’habitude qu’on lui parle comme ça. Son regard se durcit, et son poing se serra. Vika aurait voulu déglutir, mais son jeu de scène était trop important pour qu’elle se le permette.

« Ceci dit, j’ai conscience que malgré tout cela, le lycée serait un sacré bordel si personne n’était la pour cadrer les choses. D’une certaine manière, bien que certains procédés soient douteux et surement remplaçable par d’autre plus corrects, je dirais que le comité est nécessaire. Vous êtes à sa tête, et il y a surement une bonne raison à cela, et si vos actions ne révulsent que moi, ou tout du moins, que je suis une des rares assez courageuses pour le dire, je dois avouer que je n’ai pas d’autre choix que de vous soutenir, faute de mieux. »

Il se calma un petit peu. Bien, elle ne s’en sortait pas trop mal.

« D’où le marché suivant. Je porte vos couleurs, votre blason ou tout ce que vous voulez du genre, je bosse pour vous, dans le sens où je ferai en sorte de maintenir la calme dans le lycée. Mais, parce qu’il faut un mais, en aucun cas je ne prends pas à quoique ce soit s’assimilant à du racket, du vol, de l’intimidation ou des trucs du genre. Vous damez le pion aux groupes qui font les malins, je bride le club d’arts martiaux pour qu’il ne parte pas en cacahuète, et moi, j’ai votre blason au dessus de moi pour me protéger. J’y gagne, vous aussi. Deal ? »

Elle y avait beaucoup réfléchis. Mais elle ne s’attendait pas à traiter avec le grand manitou du comité, et elle espérait que son assurance était suffisante pour qu’il ne tente pas de faire pression pour qu’elle lâche son bifteck. Il n’avait pas bougé d’un poil, et la fixait des ses deux pupilles scrutatrices. Son poing se rouvrit. Son sourire s’élargit.

« Tu me plais petite. Peut-être qu’un jour tu changeras d’avis. Ce jour la, tu obtiendras un grade intéressant, je pense. En attendant, fais donc comme tu l’entends. Va chercher de quoi t’identifier dans les vestiaires, et demande à ce qu’on t’inscrive dans le registre. Bienvenue au comité, Vika. »


Son nouveau rang lui accorda la tranquillité qu'elle souhaitait, tout en se plongeant à corps perdu dans une guerre qu'elle ne comprenait pas encore. Mais cela vint vite. Elle s'imposa vite comme un electron libre, cherchant la protection des élèves plutôt que le pouvoir. Elle s'attira ainsi la sympathie de nombreux étudiants qui placèrent quelques espoirs en elle pour l'avenir du comité. Cette seconde année fut aussi l'occasion pour elle de faire la connaissance d'Adam. Adam Mayers. Un jeune loup garou borgne au tempérament sanguin, membre de son club. Leur relation maître élève se transforma bien vite en quelque chose de plus sérieux, et Vika découvrit un monde qu'elle ne connaissait pas. Celle de l'amour et de la confiance. Cette année passa vite mais fut riche en événement. En effet, chez elle, dans sa ville natale, Ulki avait prit la tête d'une secte étrange qu'elle éradiqua à la force de ses poings, et c'est à ce moment qu'elle entrevit l'étendue de sa future puissance. Elle commençait à faire parler d'elle a Avilksholm aussi, ce qui emplissait ses parents de fierté. (RP ICI)

L'antithèse la prit pour cible très vite après cela. Ruby, une gargouille, lieutenant de l'organisation, réussit avec ces sbires à l'enlever, et tenta de briser son esprit par l'intermediaire d'une lamia, un monstre reptilien capable de manipuler l'inconscient avec sa queue, pouvant ainsi effectuer un lavage de cerveau. C'est Adam qui la sortit de ce mauvais pas, mais au prix d'un lourd tribu, en coupant la queue du monstre. Vika, poussé dans ses derniers retranchements par les attaques mentales de la lamia, perdit totalement le controle d'elle même. L'esprit de la lamia s'était logé dans celui de la métamorphe. Tous les sentiments que Vika avait refoulé donnèrent naissance à une entité destructrice qui mit à mal Ruby, avant qu'Adam n'assome presque Vika pour détaler avec elle.

La jeune demoiselle mit longtemps à trouver solution à son problème. Sa nouvelle locataire ne lui facilitait pas la vie et elle n'était que l'ombre d'elle même, torturée par le reptile. Elle quitta le lycée temporairement, prenant une retraite dans la montagne qui la fit devenir ce qu'elle est désormais. Une guerrière empathique. Les assauts de la lamia avaient eu pour effet d'offrir un monde nouveau à Vika, celui de son propre esprit. Elle apprit à s'y visualiser, et à utiliser ses sentiments comme d'un moyen de défense et d'attaque, transformant ceux-ci en onde d’énergie dévastatrice ou en bouclier presque impénétrable. Cependant, son manque d'entrainement impliquait un contrecoup physique à la hauteur de l'utilisation de ces pouvoirs. La lamia capitula, terrifiée parce que Vika pourrait lui faire, mais elles finirent par devenir amie, et Vika promit de chercher à lui faire retrouver une existence physique. (RP ICI)

C'est cependant grace à ce pouvoir qu'elle put vaincre Devhi, l'ancien Alpha d'Adam, confirmant la puissance qu'elle venait d'obtenir. Puissance qu'elle utilisa pour anéantir Ruby, dans un combat titanesque en plein milieu du lycée.(RP ICI) C'était le début d'une longue lutte. Crainte par ses ennemies, appreciée de ses alliés, elle parvint à monter une petite équipe, et, avec l'accord du Directeur qui n'attendait que cela depuis longtemps, pris la tête du Comité après avoir vaincu son chef.

Ce fut l'aube d'une nouvelle ère au lycée. Les déboires despotiques du comité n'étaient plus et les élèves purent de nouveau croire en ceux qui voulaient les proteger. C'est à ce moment là qu'elle fit la connaissance de Greg Ogramann. Son plus grand défi. Ce doppleganger etrange qui ne controlait pas vraiment ses pouvoirs atypiques avait tués deux élèves, sympathisant de l'antithèse en protegeant un ami à lui. Si Vika ne pouvait le lui reprocher, elle devait empecher que cela se reproduise. Elle commença alors sa croisade contre les pouvoirs de Greg, cherchant à en comprendre la complexité, et de l'aider comme elle pouvait, aussi bien en lui proposant la sécurité, l'entrainement, qu'un support moral. Elle constata qu'elle pouvait utiliser ses propres pouvoirs pour resister à l'absorption de Greg, qui copiait dans son esprit quiconque le touchait, comme une seconde personnalité. Sauf que cela avait prit effet dès la première seconde de sa vie, et Vika était la première personne à pouvoir le toucher sans que cela n'implique quoique ce soit.

Malheureusement, tout le monde ne le savait pas, et quelqu'un qui n'aurait pas du entrer en contact avec lui le fit. Bruna Brumelune. Une psychopathe sadique, qui se servit du corps de Greg pour affronter Vika. Ses pouvoirs de manipulation mirent Vika en echec et la métamorphe dut faire un choix qu'elle n'aurait aps voulu avoir à faire. Tuer son ami pour sauver ses yeux. Elle décida de se plonger dans le noir. Malheureusement, cela entraina quelques complications, comme la prise de controle de Greg par une entité noire et destructrice, qui fit ressortir ce qu'il y avait de plus noir en Vika. Tout deux manquèrent de perdre la vie, mais la métamorphe parvint à faire la paix avec elle même, augmentant encore la compréhension de ses pouvoirs, et Greg, aidé par d'autres esprits qu'il avait absorbé, replongea l'entité noire au plus profond de son être.

Heureusement, elle était toujours capable de voir, d'une certaine façon. Presque mieux qu'avant en fait, ce qui surpris ses opposants qui pensaient pouvoir exploiter sa faiblesse. Elle fut rappellée chez elle, une guerre éclatant entre les villes oiseaux. Elle fut nommée champion après avoir vaincu l'autre candidat en combat singulier. Elle battit sans trop de problème son opposant, gagnant ainsi la guerre. Mais ce ne fut pas aussi simple. Manipulée par Fairy Tales, l'organisation voulant détruire le lycée et asservir l'humanité, une coalition de villes aviaires avait commis l'irréparable : monter une armée entrainée et équipée d'arme humaine. Beaucoup d'oiseau perdirent la vie dans la bataille qui suivit, dont son oncle qui était venu la voir combattre. Mais ce n'est qu'une fois rentrée chez elle, porteuse de ce qu'il s'était passé qu'elle appris la nouvelle. Elle s'équipa alors, de l'armure que son oncle lui avait faite faire, et repartie seule pour venger sa famille. Elle laissa ressortir son plus sombre côté, se scindant en deux à nouveau, temporairement. Elle massacra sans remords tout ceux qui lui barrèrent la route, jusqu'au conseil des oiseaux coalisés, ou elle trouva le coupable. Un vampire qui voulait l'occuper ici tandis que le lycée était lui même attaquer. Après un long combat, elle parvint à le tuer et retrouver la paix.(RP ICI)

Mais ce répit fut de courte durée, puisque l'antithèse prit possession du lycée, sans qu'elle ne puisse rien y faire. Capturée, retenue prisonnière, on la crut morte. Mais elle parvint à s'enfuir, libérée par la résistance et participant à la bataille qui détruisit le lycée. Elle partit ensuite, n'ayant plus aucune attache, Adam avait disparu et le lycée fermait. Instable psychologiquement, ayant subi des assauts mentaux pendant sa captivité, elle disparut hors de la vue de ses connaissances. On ignore ce qu'elle fit pendant les années qui suivirent, mais elle revint quand Shinsei ouvrit ses portes, avec la ferme intention de continuer ses études, de reprendre le club d'arts martiaux et la tête du Comité.


Myakko


† Pseudo
► Myakko.
† Âge
► 24
† Avez vous lu le règlement ?
► Oui by me
† Comment as-tu connu le forum
► ;)
† Avis sur le forum
► ;)
† Etiez-vous sur le forum Rosario Vampire ?
► Du tout ;)
† Présence
► Variable
† D'autres comptes
► Nan
† Quelque chose à rajouter jeune yokai ?
► ;)


© ASHLING POUR LIBRE GRAPH'





Revenir en haut Aller en bas
Ange Incarné
avatar

Feuille de personnage
Level: Inconnu
Race de Monstre: ???
Karma:
200/200  (200/200)
Ange Incarné
Sexe : Masculin Messages : 254
Date de naissance : 26/11/1994
Date d'inscription : 17/10/2016
Age : 22
Emploi/Situation : Directrice
Humeur : Toujours bonne
Situation amoureuse : Mystère
MessageSujet: Re: Vika Nightwing Ven 25 Nov - 9:53
Validé mon chachat ♥

Rang S+, karma 200/200 !
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» New world order (Nightwing)
» vika s-belobrova ► ursula corbero
» Dossier Cadmus sur le sujet Nightwing
» ϟ MASQUERADE ϟ Abandon all hope ye who enter here
» Un Braquage avec panache [Nightwing et Bloody Gun]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Il y a un début à tout :: Présentation :: Fiches validées-
Sauter vers: